Géopolitique

La question de la transidentité fait chuter la Première ministre écossaise

Nicola Sturgeon (Scottish National Party), 52 ans, a annoncé sa démission le 15 février depuis Édimbourg. C’est notamment la conséquence d’une levée de boucliers suite au vote à son initiative d’une loi régionale facilitant la transition de genre dès 16 ans et sans avis médical. Une loi adoptée au mois de décembre dernier au parlement écossais, mais qui a subi les foudres d’un veto londonien dégainé par le premier ministre du Royaume-Uni, le conservateur Rishi Sunak. Une première depuis la recréation du Parlement d’Édimbourg en 1999. 

La loi intitulée « Gender Recognition Reform Bill » a mobilisé contre elle de nombreuses associations et personnalités féministes du Royaume-Uni, dont la romancière J.K. Rowling, féministe et célèbre créatrice du personnage d’Harry Potter, et régulièrement visée par les activistes trans pour ses propos jugés « transphobes ». 

Progressiste et européiste

Une méfiance envers les revendications transgenres amplifiée par l’affaire « Isla Bryson », nouveau nom d’un homme condamné pour viols sur deux femmes ayant invoqué une transition vers l’autre sexe afin d’être incarcéré dans une prison pour femme. Nicola Sturgeon avait dû refuser cette demande au mois de janvier dernier pour stopper une polémique grandissante. Cela n’aura pas suffit à calmer la vague d’indignation qui a parcourue le Royaume-Uni et conduit Mme Sturgeon à déclarer vouloir désormais privilégier sa vie privée.

La démission de Nicola Sturgeon clôt une séquence politique ouverte avec l’échec du référendum de 2014 sur l’indépendance de l’Écosse (55 % pour le « Non »). Son parti, le SNP, demeure néanmoins le premier mouvement politique écossais mais se voit - comme les indépendantistes catalans en Espagne – refuser l’octroi d’un nouveau référendum par les autorités de Londres. 

Classé à gauche, le SNP était hostile au Brexit et demeure partisan d’un retour de l’Écosse au sein de l’Union européenne. Il reste désormais au SNP à désigner un nouveau Premier ministre écossais capable de renouer le dialogue avec Londres. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Rémi Gousseau

Il y a 1 ans

Signaler

0

En somme; une douche écossaise!

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier