Géopolitique

La Moldavie au centre du jeu

La lecture des articles est réservée aux abonnés

République souveraine issue de l’éclatement de l’URSS, la Moldavie est un pays de 2,6 millions d’habitants, à très grande majorité roumanophones. Sa capitale est la ville de Chisinau. Autrefois nommée Bessarabie, la République de Moldavie ne doit pas être confondue avec la région de Moldavie (capitale Iassy), une des trois composantes de la Roumanie actuelle avec la Valachie et la Transylvanie. À la différence de la Roumanie, la République de Moldavie n’est pas encore membre de l’Union européenne ni de l’OTAN. Elle est frontalière avec l’Ukraine. Son territoire officiel comprend une région russophone, sécessionniste de fait, la Transnistrie (dont la capitale est Tiraspol). Des troupes russes (environ 1 500 hommes) stationnent en Transnistrie, étroite bande de terre enserrée entre le reste de la République de Moldavie et l’Ukraine. On estime que près de 25 % de la population de la République de Moldavie vit à l’étranger, dont une majeure partie au sein de l’Union européenne. Du temps de l’URSS, la Moldavie, en très grande partie rurale, était notamment connue pour être une zone de production de vins, ce qu’elle est restée. Depuis le déclenchement des hostilités sur le territoire ukrainien, la Moldavie a accueilli 750 000 réfugiés, dont plus de 100 000 sont encore abrités sur son territoire.

Démission du gouvernement

Depuis des années, la République de Moldavie est l’objet d’un affrontement politique interne entre libéraux favorables à l’intégration européenne du pays, comme la nouvelle présidente Maia Sandu, et socialistes tentés par un rapprochement avec Moscou, comme Igor Dodon, président du pays de 2016 à 2020. En juin 2022, l’Union européenne a accordé à la Moldavie le statut de candidat à l’entrée en son sein, en même temps qu’elle en faisait bénéficier l’Ukraine. Autrement dit, la Moldavie est tiraillée entre son appétence naturelle pour un rapprochement avec la Roumanie et le poids géopolitique de la Russie qui bénéficie de relais directs ou indirects …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier