Politique

La marche contre l’antisémitisme est « devenue un terrain de jeu politique »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Ce dimanche 12 novembre à Paris se tiendra une marche contre l’antisémitisme. Un rassemblement à l’initiative de Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, et de Gérard Larcher, président du Sénat. Depuis les attaques du Hamas le 7 octobre dernier, les actes de haine contre les Juifs n’ont fait qu’augmenter en France : dessins de croix gammées, agressions physiques, chants antisémites… Plus de 1 000 actes de ce type ont été relevés en seulement un mois, contre 400 sur toute l’année 2022.
 
Le rassemblement du 12 novembre a pour objectif l’union nationale autour de la communauté juive et contre toute forme de racisme. Mais les enjeux politiciens n’aurait-elle pas pris le dessus sur l’événement ? Nous avons posé la question à Jean-Yves Camus, politologue français. « Le but initial était de lutter contre l’antisémitisme, comme cause unanime », a-t-il déclaré. « Malheureusement, c’est devenu un terrain de jeu politique. »
En effet, l’annonce de la présence du Rassemblement national est la première grande polémique autour de cette marche. Cependant, le Parti socialiste avait déclaré que « tous les Français, quelle que soit leur position, devaient participer », tout en qualifiant la présence du RN d’« illégitime ». Le PCF et LFI ont quant à eux déclaré qu’ils ne participeraient pas à la marche dimanche. À travers un communiqué, LFI a déclaré qu’elle refusait de défiler « aux côtés d’un parti qui trouve ses origines dans l’histoire de la collaboration avec le nazisme ».

« Il faudrait d’abord que LFI reconnaisse le Hamas comme un groupe islamiste et terroriste »


Pourtant, La France insoumise était déjà sous le feu des critiques depuis leur refus de reconnaître le Hamas comme un groupe terroriste et islamiste. Après les attentats du 7 octobre contre Israël, Élisabeth Borne, Premier ministre, avait dénoncé sur BFMTV « une façon de masquer une forme d’antisémitisme » de la part des insoumis. Les attaques contre ces derniers se sont encore multipliées depuis leur …

Julie Péron

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 7 mois

Signaler

0

j'adorer le "en même temps" d'aujourd'hui : union nationale ....sauf qu'ils ne veulent pas du RN et des zemmouriens...

philippe paternot

Il y a 7 mois

Signaler

0

"LFI a déclaré qu’elle refusait de défiler « aux côtés d’un parti qui trouve ses origines dans l’histoire de la collaboration avec le nazisme »." LFI pense t-il au parti communiste français qui a collaboré avec l'occupant nazi jusqu'à l'invasion de l'urss ?

À lire

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL