Politique

La jeunesse conservatrice s’émancipe

Une génération met parfois dix ans à mûrir et à éclore. Les jeunes militants de la droite parlementaire sont les enfants des mobilisations contre la modification de la loi sur le mariage souhaitée par François Hollande en 2012, dont on ne relève généralement que le volet de protestation morale contre la remise en question de la famille traditionnelle héritée du droit romain et du christianisme. Il y avait aussi dans ces mobilisations la volonté d’en finir avec l’arrogance d’une caste politique sociale-libérale qui est demeurée au pouvoir après l’élection d’Emmanuel Macron en 2017. C’est cette hostilité à des « élites » déconnectées du réel qui a infusé. Elle connait aujourd’hui ses premières traductions politiques concrètes.

En publiant un débat entre les responsables jeunes des LR, de Reconquête et du Rassemblement National, la rédaction du mensuel L’Incorrect, qui s’inscrit depuis son lancement en septembre 2017 dans cette sensibilité issue des mobilisations de 2012 et 2013, n’a pas révélé une possible existence de l’« union des droites », concept plus ancien qu’on ne le croit et assez échaudé à nos yeux, mais il a montré d’évidentes convergences de mentalité entre Guilhem Carayon (Jeunes Républicains), Stanislas Rigault (Reconquête !) et Pierre-Romain Thionnet (RNJ). Avec des sensibilités différentes, favorables ou critiques vis-à-vis du libéralisme économique ou de la réforme des retraites par exemple, ils se retrouvent sur le conservatisme, c’est-à-dire sur l’envie de préserver ce qui leur est particulièrement cher : des paysages, un peuple, une culture… Leur conservatisme ne relève pas de la frilosité ou d’un goût immodéré du passé mais bien de cet amour de la civilisation européenne, avec ses variantes nationales, qui demeure une des plus brillantes que la Terre ait porté.

Pérenniser la nation française

Trop peu connue en France, la pensée du philosophe anglais Roger Scruton (1944-2020) est celle qui développe le mieux cette nécessité du conservatisme européen. Cela lui a valu une certaine notoriété dans son pays natal, berceau du conservatisme, mais aussi en Hongrie où le Premier ministre Viktor Orban ne tarit pas d’éloges à son égard. Il existe évidemment en France une tradition conservatrice inaugurée au XIXe siècle par Chateaubriand, ce royaliste libéral, dont la sensibilité pourrait se retrouver à des degrés divers au XXe siècle chez le romancier Maurice Barrès, le juriste Charles Benoist, l’historien Jacques Bainville et, n’en déplaise à certains, chez le général de Gaulle lui-même. Un conservatisme qui croit en la continuité de l’Histoire de France, en la pérennité de la nation et à la nécessité de préserver son avenir. 

Qu’ils soutiennent les tandems Wauquiez-Ciotti, Zemmour-Maréchal ou Le Pen-Bardella, les jeunes conservateurs qu’à fait dialoguer L’Incorrect partagent un même état d’esprit, forgé pour qui dans le Tarn, pour qui dans l’Ouest ou encore du côté du Jura. A mille lieues donc des pathétiques avant-gardes acquises au wokisme, à l’européisme béat et au sans-frontiérisme. C’est ce qui inquiète leurs détracteurs. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jérôme Lauvaux

Il y a 1 ans

Signaler

0

Il semble que la machine à perdre LR ait encore des munitions aussi pour abattre les jeunes prometteurs en son sein.

Eric EXTIER

Il y a 1 ans

Signaler

0

La nouvelle Génération va t-elle enfin mettre en oeuvre ce que nous sommes incapable de faire pour sauver notre Pays et sa culture. Le rayonnement de la France doit revenir dans le Monde. Lire le livre de Driss Ghali "Français, ouvrez les yeux".

Eric Laude

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bravo à ces jeunes qui défendent les valeurs les plus fondamentales de notre beau pays la FRANCE. Que les vieux, soit disant ténor de leur partie, écoutent un peu leur jeunesse au lieu de les vilipender et de camper sur des positions ringardes, n'est-ce pas monsieur Xavier Bertrand ou monsieur Eric Ciotti et d'autres!!!!!! J'encourage avec force ces trois jeunes à continuer ce combat démocratique. On peut ne pas être d'accord sur tous les points mais sur les valeurs communes qui sont celles de la FRANCE (patrimoine, culture, us et coutumes régionales etc..

baur christiane

Il y a 1 ans

Signaler

0

100 % d'accord

Jean-Pierre Pericaud

Il y a 1 ans

Signaler

0

J'avais mis beaucoup d'espérance dans la candidature d'Eric Zemmour, mon mentor politique. Malheureusement, l'accumulation de ses maladresses, montées par la presse bien-pensante comme un gemme sur un bijou, l'ont décrédibilisé.... de façon définitive me semble-t-il. Heureusement, la jeunesse pousse et on peut espérer que d'ici quelques années, un Stanislas Rigaud, qui a un talent fou, pourra développer un charisme sans doute supérieur à celui d'Eric Zemmour.... Et pourra, on peut raisonnablement l'espérer, renverser la table !

POIRIER Robert

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ces 3 jeunes ne font que ce que je réclame depuis 40 ans, j'en ai 80

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL