Politique

La gauche française se divise sur la question du voile

 
Plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées pour manifester leur soutien aux femmes iraniennes qui luttent contre le port obligatoire du voile et pour dénoncer la répression violente exercée par le régime sur les manifestants. Au moins 92 personnes ont en effet été tuées par la répression en Iran selon l'ONG Iran Human Rights depuis la mort de Mahsa Amini. La jeune femme était décédée suite aux sévices que lui avaient fait subir la police des mœurs pour « port de vêtements non appropriés », entendu qu'elle ne portait pas correctement son voile. Plusieurs personnalités de gauche ont participé à la manifestation dont le premier secrétaire du Parti Socialiste, Olivier Faure, l'eurodéputée LFI Manon Aubry, la sénatrice PS Laurence Rossignol ou encore la députée écologiste Sandrine Rousseau. 

Cette dernière a peiné à prononcer son discours, huée par la foule en raison de ses déclarations passées sur le voile. Au sujet de la campagne pro-hijab lancée par le Conseil Européen, Sandrine Rousseau avait en effet déclaré face à Fatiha Boudjahlat sur le plateau de LCP en novembre 2021 que le voile pouvait être un signe « d'embellissement » et qu'il relevait de la liberté des femmes à se vêtir comme elles le souhaitent. La députée avait aussi apporté son soutien aux « hijabeuses », les femmes qui avaient manifesté pour l'autorisation du port du voile dans les compétitions sportives début 2022. Pour afficher son soutien à Sandrine Rousseau après les événements de la manifestation, la députée LFI Danièle Obono tweete le 3 octobre : « Bonjour à tous et toutes ! Sauf aux gens qui instrumentalisent la lutte des femmes en Iran contre l'oppression pour insulter et disqualifier la lutte des femmes en France contre l'oppression. Ceux-là : mangez vos morts. » 

Invitée sur France inter le 3 octobre, Sandrine Rousseau déclare que toutes les femmes de gauche ayant pris la parole lors de la manifestation ont été huées. La députée s'interroge sur le fait d'invectiver des femmes lors d'une manifestation en soutien à ces dernières, estimant que le féminisme est plus accepté lorsqu'il est « loin » que lorsqu'il est en « France ». Réagissant à ces déclarations, la sénatrice Laurence Rossignol, présente à la manifestation, dément avoir été huée par la foule lors de sa prise de parole et dénonce une « manipulation » de Sandrine Rousseau. La sénatrice invite la députée à assumer « ses positions » et à ne pas chercher à « embarquer » toutes les femmes de gauche « dans le même bateau ». 

Laurence Rossignol a en effet toujours dénoncé le voile en France et à l'étranger, le considérant comme une marque « d'esclavage » en soi comme elle le déclarait sur RMC en 2016. Si la sénatrice estime que le voile n'est pas souhaitable, peu importe le contexte de son utilisation, ce point de vue n'est pas partagé par Sandrine Rousseau. Cette dernière estime en effet qu'il est possible de lutter contre le voile à l'étranger et de le défendre en France, où n'étant pas obligatoire, il prend une signification différente. Cet événement révèle des dissensions idéologiques entre plusieurs courants de gauche, qui perdurent malgré l'alliance de la Nupes. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL