Politique

La francophonie, nouveau front du Rassemblement National

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Elle sera au Sénégal, « pays sage et respecté de la grande Afrique » qu’elle proposait déjà en 2017 comme représentant du continent au Conseil de sécurité de l’ONU, qui en est toujours dépourvu. C’est d’ailleurs cette même année 2017 qu’elle complétait une tournée plus longue en Egypte, au Tchad et au Liban, pour asseoir sa légitimité internationale d’une part, et tisser une trame francophone qu’elle souhaite raviver cette semaine, considérant les liens culturels de ces pays comme cruciaux pour la France.

 

Une critique ouverte de la politique européenne 

Dans cet objectif, elle adresse une tribune à l’Opinion dans laquelle elle projette ses intentions vis-à-vis du pays de Sédar Senghor. Le but : avancer conjointement et peser ensemble à l’OMC pour « réussir cette conciliation complexe de l’équilibre des sociétés avec les exigences d’une croissance soutenable ». Un objectif qui comporte un certain nombre de conditions, dont certaines semblent intimement liées à un changement de cap, et ce par rapport aux politiques de l’Union européenne.
 
C’est le cas de la récente mise en place du dispositif d’aide au développement, « sous contrainte » et « marquée par le culte du secret de la Commission européenne et son manque d’empathie pour ses interlocuteurs ». La politique d’industrialisation n’y échappe pas, qu’elle souhaite promouvoir mais hors des clous bruxellois ; l’UE aurait « souvent la tentation d’imposer à ses partenaires africains des conditionnalités sociétales », inacceptable selon elle.
 
 
L’Afrique aux Africains

Car à travers les points détaillés, revient bien souvent le thème d’une certaine souveraineté pour le Sénégal, et l’Afrique en général : « l’Afrique n’a pas vocation à demeurer un éternel pourvoyeur de biens primaires pour la satisfaction du reste du monde », martèle celle qui appelait en 2017 à « en finir avec la Françafrique ». 
 
Contre toute ingérence, donc, mais pour une coopération étroite néanmoins et notamment en matière d’éducation et de sécurité …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean-Christophe Goux

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ça ressemble un peu à un publireportage, mais pourquoi pas? C'est intéressant de savoir qu'elle a un stratégie internationale.

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL