Société

La France vieillissante: des problèmes à naître

1,80 ; c’est le taux de fécondité par femme en 2022. Mais c’est surtout trop peu, alors même que la France arrive pourtant en tête de la natalité au sein de l’Union européenne. Les enjeux sont de taille ; en dessous de 2,1 enfants par femme, un pays aux conditions sanitaires élevées ne renouvelle pas ses jeunes générations, et il vieillit. C’est la situation de la France depuis 2014, en chute quasi-constante depuis lors.     

Lourde tendance

Le phénomène ne date pas d’hier, puisque les démographes qualifient les cinquante dernières années « d’hiver démographique » en Occident, lorsque le taux de fécondité s’établit durablement en dessous du seuil de renouvellement. Le phénomène semble trouver sa cause depuis les années 1970 dans les crises économiques, l‘émancipation des femmes au foyer par la scolarisation ou encore « un énorme investissement sentimental et financier chez l’enfant », comme explique l’historien Philippe Ariès en 1980 dans la Population Development Review. On voit également émerger les opinions écologistes favorable à une décroissance démographique, bien que toujours marginales.
 
Quoi qu’il en soit, les populations n’ont plus suffisamment confiance en l’avenir pour s’autoriser à élever suffisamment d’enfants, et si la population française continue d’augmenter, c’est en partie grâce au solde migratoire. Il mesure le rapport des entrants et des sortants, et en 2022 celui-ci est presque trois fois plus élevé que le solde naturel, le rapport des morts et des naissances. Il a longtemps eu pour effet de freiner le vieillissement de la population ; c’est de moins en moins le cas.
Un problème structurel

Comme l’adage qui veut qu’une grenouille ne sente pas chauffer l’eau qui la tuera à petit feu, le vieillissement d’un peuple est lent, difficilement perceptible à court terme et porteur de graves problèmes à terme. Le déséquilibre générationnel peut se porter partout où des forces vives sont nécessaires au fonctionnement normal : une population jeune permet notamment d’irriguer la société dans les métiers de Défense, de sécurité, d’éducation ou d’aménagement du territoire pour ne citer qu’eux. Mais la question la plus brûlante reste évidemment le financement des retraites.
 
Car le modèle social français est ainsi fait : les jeunes cotisent et acquièrent un droit sur leur retraite future. Mais l’argent cotisé doit alimenter les pensions des retraités actuels. Dès lors le problème saute aux yeux : à un instant « t », un manque d’actifs par rapport au nombre de retraités serait désastreux, car les caisses de retraite risquent de devenir déficitaire. Au long terme, ce ne sont pas non plus les placements financiers des caisses de retraite qui permettront d’endiguer le déficit. Parce qu’elles s’appuient sur les périodes fastes pour surmonter celles de vaches maigres, les caisses ne pourront garder la tête hors de l’eau si la chute s’aggrave d’année en année.
 
Vers une politique familiale ?

Face à cela, l’UNAF (Union nationale des associations familiales) ou encore l’OID (Observatoire de l’immigration et de la démographie) parmi d’autres structures d’étude préconisent le retour d’une politique familiale assumée. Le but : accompagner les familles afin qu’elles se sentent libres de fonder une famille. « Les pays où la part des budgets famille-enfants dans le PIB est la moins élevée ont aussi la fécondité la plus basse », explique le démographe Gérard-François Dumont. Selon lui, « tout État a une politique familiale, qu’elle soit implicite ou explicite, et l’ensemble des décisions politiques produit inévitablement des effets sur les familles ». 
 
Charge alors aux élus de s’emparer du sujet pour permettre un redressement. Les lois polémiques sur l’évolution du système français de retraites ne peuvent à elles seules réparer les fondements même de l’équilibre démographique. 

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL