Culture

La face cachée de Neil Armstrong

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’était un certain 21 juillet 1969, deux milliards de Terriens découvraient incrédules ces images grisâtres et striées de deux hommes foulant pour la première fois un ailleurs incroyable, l’astre lunaire.
 
Alors que l’Inde vient de réussir l’alunissage de sa première sonde, que celle des Russes s’est crashée, que les Chinois ont envoyé la leur l’an dernier et que les Américains veulent y retourner, qui sera le prochain à prononcer une impérissable phrase, à l’exemple de Neil Armstrong ?
« Un petit pas pour un homme, un grand pas pour l’humanité », avait-il lancé en foulant la Lune. Par ces paroles, qui lui sont venues à l’esprit tout bêtement parce qu’il y avait un espace entre le dernier barreau de l’échelle et le sol et qu’il fallait sauter, Armstrong entrait dans la légende. Il ne l’a jamais admis. « Je ne méritais pas une telle attention, a-t-il confessé lors d’une interview en novembre 2005. Ce sont les circonstances qui m’ont placé dans ce rôle. Personne ne m’a choisi ».
 
Sur les conséquences de son exploit, il est encore plus perplexe. « Des amis, des collègues, tout à coup, nous regardaient, nous traitaient de façon légèrement différente que pendant les mois, les années qui précédaient le voyage quand nous travaillions ensemble. Je n’ai jamais compris pourquoi ». Neil Armstrong n’a jamais compris pourquoi ce « petit pas » le rendrait pour toujours différent. Pire, en voulant précisément être traité comme un être normal, il a fini par s’exclure de la normalité.
 
« Neil, parle-nous ! Tu es un héros, que tu le veuilles ou non »
 
Cela commence dès août 1971, lorsqu’il quitte brutalement la NASA. Il avait auparavant refusé d’en devenir le porte-parole. Il part enseigner l’ingénierie dans une obscure université de Cincinnati, où il va y rester jusqu’en 1979. Il se décide alors timidement à sortir de l’ombre, servant de porte-parole pour des entreprises comme Chrysler –il fera une publicité pour la marque, la seule de toute son existence– ou General Time Corporation, …

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jérôme Lauvaux

Il y a 9 mois

Signaler

0

Un scoop : Lindbergh est devenu Français! Nungesser et Coli avaient essayé cette traversée de l'Atlantique Nord, Lindbergh l'a fait

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL