Géopolitique

La diplomatie française ouvre ses portes à l’Ouzbékistan

 
Mardi 22 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, recevait son homologue ouzbek Shavkat Mirzioïev, à l’occasion du 30e anniversaire de leurs relations bilatérales. À l’arrière-plan des déambulations au Louvre et à l’Institut du Monde Arabe, dont les expositions mettent l’Ouzbékistan à l’honneur, se tisse un lien diplomatique nouveau. Comme le relaie Le Figaro, Emmanuel Macron s’est dit « très heureux » de mettre en avant les relations avec cette « région d'échanges et de création ». Le président Shavkat Mirzioïev a été réélu à la tête de l’Ouzbékistan en octobre 2021, avec 80% des suffrages exprimés. Mais là où la chaine d’information européenne Euronews parle d’un « scrutin sans aucun suspens », le chef de l’État français préfère voir en Mirzioïev un réformateur libéral. De nombreux contrats ont pu être signés entre les acteurs économiques des deux pays, notamment des accords d'investissement et de coopération pour une valeur de 4 milliards d'euros. Une source citée par le quotidien Les Échos fait état de l’intérêt de la France pour l’uranium ouzbek, sans confirmation officielle pour l’heure.   
 
Les accords de coopération portaient sur des domaines divers, comme la fonction publique, la lutte contre la corruption, l’éducation, le patrimoine ou l’aviation civile. Les accords économiques signés concernent eux les secteurs «de l'énergie, de la gestion de l'eau, des transports et du tourisme », a précisé Emmanuel Macron. On pense particulièrement au groupe français Orano Mining, qui signe « une alliance stratégique exclusive pour le développement et la mise en production de nouvelles mines d'uranium en Ouzbékistan », selon le site boursier.com

 « La France œuvrera » aux côtés de l’Ouzbékistan 
 
Dans le contexte de la guerre en Ukraine, le rapprochement des deux États semble profiter à tous. « La France œuvrera » aux côtés de l’Ouzbékistan, assure, en sous-titre, Emmanuel Macron. Est-ce l’occasion pour le pays d’Asie centrale de s’assurer un sauf conduit auprès de l’Occident, au moment où ses liens avec la Russie se distendent ? Peut-être même d’éviter de pâtir des lourdes sanctions économiques qui paralysent leur géant voisin ? Côté Français, il y a la stratégie de l’influence auprès de l’ancienne République soviétique, ainsi qu’une possible solution alternative à l’approvisionnement en uranium africain. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier