Géopolitique

La COP27 s'ouvre sous fond de tensions Nord-Sud

Dimanche 6 novembre, la COP27 s'est ouverte à Charm el-Cheikh en Égypte. La 27ᵉ conférence mondiale sur le climat de l'ONU, qui rassemble 200 pays, est inaugurée par la prise de parole de 110 chefs d’État, entre lundi 7 et mardi 8, qui précède deux semaines de négociations. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, alertant sur l'urgence climatique, a estimé que cette conférence serait l'opportunité de faire un choix entre la « solidarité » et le « suicide collectif ». Antonio Guterres attend de cette réunion mondiale qu'elle pose : « les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu ». 

La conférence intervient 7 ans après l'Accord de Paris au cours duquel l'objectif de ne pas dépasser les 1,5°C de réchauffement d'ici à 2100 et par rapport à l'ère préindustrielle avait été établi. Si pour y parvenir, il faudrait réduire les émissions à effet de serre de 45% d'ici à 2030, les politiques menées actuellement présagent un réchauffement de 2,8°C d'ici à la fin du siècle. Ces prévisions vont aussi à l'encontre de l'objectif principal et moins ambitieux de l'Accord de Paris, dont les États-Unis s'était retiré sous Donald Trump, celui d'un réchauffement de 2°C d'ici à 2100. Malgré l'ampleur du défi, les États-Unis et la Chine, qui connaissent des relations tendues, ne sont pas présents à la conférence. Les chefs d’État des deux pays devraient néanmoins se retrouver à Bali, en marge du sommet du G20 qui se tiendra entre le 15 et le 16 novembre. 

Cette COP27 est l'occasion de mettre un dossier brûlant à l'agenda officiel, intitulé « pertes et dommages ». Il s'agit des revendications portées par les pays du sud, qui disposent de moyens réduits pour faire face aux catastrophes climatiques et sont responsables d'une plus faible part des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ces 135 pays qui représentent 80% de l'humanité et appellent à plus de justice sont rassemblés dans l'organisation « G77 et Chine ». Ils demandent la création d'un mécanisme financier spécifique qui permettrait aux pays développés de reverser des compensations financières aux pays en développement pour pallier les conséquences économiques dont ils souffrent à cause du changement climatique. La chargée de campagne climat pour l'ONG CARE France, Fanny Petitbon a évoqué la « dette climatique » des pays du nord vis-à-vis de ceux du sud. 

Les États-Unis, qui avaient déjà rejeté la création d'un mécanisme spécifique, se sont cependant montrés ouverts à la mise en place de compensations ponctuelles. L'envoyé spécial pour le climat John Kerry a déclaré être ouvert à « des arrangements financiers ponctuels ». L'Union Européenne a quant à elle affirmé être prête à examiner une « mosaïque de réponses » mais reste fermée à un système de financement spécifique. 

Les revendications autour de cette « dette climatique » sont d'autant plus vives que le Pakistan a subi cet été des inondations intenses qui ont causé la mort de 1700 personnes et des dégâts matériels très importants et que l'Afrique de l'Est est menacée par la sécheresse. La question climatique pourrait être difficile à traiter alors que les États-Unis et la Chine, principaux émetteurs de gaz à effet de serre, sont absents de la conférence et que les tensions Nord-Sud s'intensifient. 

La rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Et si l'humanité n'intervenait qu'à la marge dans le réchauffement climatique? D'après des scientifiques, qui ont difficilement voix au chapitre quand ils ne sont pas purement censurés, ce bouyleversment climatique est naturel et cyclique (il y a déjà eu des périodes chaudes comme des périodes glaciaires, imputables à d'autres raisons que l'activité humaine (changement de l'axe de rotation de la planète par exemple). Voir le livre d'Yves Roucaute : l'obscurantisme vert. Il est regrettable que le débat soit systématiquement empêché...

À lire

Gouvernement Attal : le dilemme de François Bayrou - [Analyse]

A travers son bras de fer avec Emmanuel Macron, François Bayrou tente de se relancer pour la présidentielle 2027 mais il poursuit également la trajectoire d’une famille politique demeurée minoritaire en France malgré son ancienneté, la démocratie-chrétienne. Éléments de compréhension et d’analyse.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Russie : la croissance rapide de l’économie fait mentir les prévisions des experts occidentaux

La presse anglo-saxonne est plus prompte que son homologue française à évoquer les résultats économiques assez inattendus de la Russie après deux ans de guerre sur le sol ukrainien et plusieurs vagues de sanctions occidentales à son égard. Le FMI estime à 2,6 % la croissance russe pour 2024.

Michel Houellebecq, prophète de la révolte paysanne

Dans son détonant roman Sérotonine (Gallimard) Michel Houellebecq rejoignait dès 2019 les positions de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole français, qui mobilise aujourd’hui ses troupes dans de nombreux départements. Petit retour sur ces pages littéraires prophétiques.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier