Politique

La commission parlementaire recommande de poursuivre pénalement Donald Trump

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 C’est au terme de 18 mois d’enquête que la commission a finalement rendu son rapport au ministère de la Justice. Il a fallu dix audiences et plus de mille entretiens pour récolter assez de preuves. Pourtant, le temps ne joue pas en la faveur de la commission étant donné que qu’elle sera dissoute le 3 janvier quand les Républicains prendront le contrôle de la Chambre des représentants.
 
L’objectif de ce travail a été de déterminer si Donald Trump avait une part de responsabilité dans l’assaut du capitole. Une responsabilité qui doit être engagée, selon la commission, du fait notamment du comportement passif de l’ancien président. À l’issue de 3 heures de contestation, celui-ci avait simplement appelé ses partisans à se calmer, sans condamner leurs actions pour autant. À cela s’ajoute la remise en cause de l’élection de Joe Biden du fait de l’existence présumée d’une fraude massive lors des élections.
 
Finalement, quatre motifs d’inculpation sont retenus : obstruction d’une procédure officielle, conspiration contre les États-Unis, fausses déclarations, et enfin le plus grave, appel à l’insurrection. Pénalement, les risques encourus sont historiques, il est question d’une peine d’emprisonnement et d’une interdiction d’exercer toute fonction publique. Un enjeu important alors que Donald Trump a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle américaine de 2024.
 
 
Un dénouement loin d’être acté 
 
Comme le nom l’indique, les conclusions de la commission parlementaire ne sont que de simples recommandations. Autrement dit, rien n’implique que des poursuites pénales soient engagées. 
 
À l’image du système de séparation des pouvoirs – si cher aux États-Unis – la charge de la poursuite appartient au ministère de la Justice. À sa tête : Merrick Garland, le procureur général des États-Unis. 
 
Désormais, il est de sa responsabilité de poursuivre ou non l’ancien président ; d’autant plus qu’il n’est pas seulement question de cette affaire. En effet, des perquisitions opérées par …

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL