Géopolitique

Kissinger, un diplomate controversé qui admirait de Gaulle

La lecture des articles est réservée aux abonnés

D’origine juive allemande, d’une famille ayant fuit le nazisme en 1938, ce Newyorkais d’adoption intégra le monde de la diplomatie par la voie universitaire après avoir combattu les Allemands en Europe et soutenu une thèse à Harvard. Devenu conseiller des pontes du Parti républicain, sans souhaiter lui-même se présenter aux suffrages des électeurs, Kissinger intègre la Maison Blanche comme conseiller à la sécurité du président Richard Nixon en 1969. A partir de 1973, il cumulera ce poste avec celui de secrétaire d’État. 

Accusé de crimes de guerre


Opposé à la guerre du Viêt-Nam, déclenchée par les démocrates, il sera pourtant, par pragmatisme, partisan de l’intensification de la guerre une fois arrivé aux affaires. Suite aux bombardements sur le Cambodge entre 1969 et 1973, il sera même accusé de crimes de guerre par le journaliste Christopher Hitchens. De la même façon, il ne fait pas de doutes qu’il soit impliqué dans le renversement du président Salvador Allende au Chili en 1973 et qu’il ait autorisé les ventes d’armes à l’Indonésie qui causèrent la mort de 200 000 habitants du Timor oriental, ancienne colonie portugaise. 

Henry Kissinger le raconte dans ses mémoires. C’est à la fin du mois de février 1969 que le conseiller diplomatique du président américain pour la première fois le général de Gaulle à Paris il accompagnait le président Nixon. A la fin du dîner à l’Élysée, le général de Gaulle demanda à Kissinger la raison pour laquelle les États-Unis ne se retiraient pas du bourbier vietnamien. Kissinger lui répondit : « Parce que, un retrait pourrait compromettre notre crédibilité. » Kissinger pensait aux pays du Moyen-Orient. De Gaulle fut loin d’être convaincu. Un mois plus tard, Kissinger accueillait le général de gaulle à Washington pour les funérailles du général Eisenhower. 

Pour lui le général de Gaulle incarnait la volonté en politique


En 1991, dans un entretien avec Jean Béliard, Kissinger est longuement revenu sur sa vision de l’œuvre de Charles de …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier