Géopolitique

Kaliningrad : l’enclave russe oubliée

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Fondée au XIIIe siècle par l’Ordre Teutonique, ces moines-chevaliers revenus de Terre Sainte pour christianiser l’Europe de l’Est, la ville de Kaliningrad n’a pas toujours été russe. Au contraire, la ville a longtemps été Königsberg, la capitale de la Prusse, qui connut son âge d’or sous les Hohenzollem, famille royale du nord du Saint Empire Romain Germanique. Intégrée à l’Empire allemand en 1871, elle rejoindra pourtant l’URSS à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, lorsque l’Allemagne est démantelée. Malgré la chute des républiques soviétiques en 1991, l’oblast de Kaliningrad restera russe, petite enclave perdue au milieu d’une Europe libérée du joug communiste. 

 
Un territoire russe ambigu avec ses voisins 

Les pays baltes ont été parmi les derniers recoins d’Europe à connaître la christianisation, au XIVe siècle. Aujourd’hui, la ville est particulièrement moderne, propre, tout en partageant l’image architecturale liée au communisme : à Kaliningrad, on construit, et on lève les yeux vers les vieux HLM du siècle dernier. Cette prospérité est d’ailleurs partiellement liée au fait que l’enclave échappe à une grande partie des sanctions imposée à la Russie par l’Occident depuis le début de la guerre en Ukraine. 

L’une d’entre elles demeure cependant : l’impossibilité de voyager sur le Vieux Continent. Pourtant, même ici, des vols passant par Istanbul ou par la Syrie -alliée au régime russe-permettent au million de citoyens russes de les contourner. Eux, sont très majoritairement pro-russes, favorables à la guerre en Ukraine et, plus largement, au régime de leur leader. 

La vie, cependant, n’a pas beaucoup changé depuis le début de la guerre. Un Européen vivant à Kaliningrad nous explique ainsi que « il y a un peu d’inflation, mais rien de comparable avec l’Europe occidentale. […] Il n’y a pas de changement notoire par rapport aux sanctions ». Mais alors, quid des relations avec les pays voisins ? « Le trafic commercial est sans doute moins importants avec les pays …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Andre-Hans vonBREMEN

Il y a 1 ans

Signaler

0

Kolinigrad à ce jour = + de 90 % de Russes...

jean clerc

Il y a 1 ans

Signaler

0

Norfolk. En Chine ?

André de la Rue des Lombards à la Russie

Il y a 1 ans

Signaler

0

Un oubli de taille : Kaliningrad est le siège de la plus importante base navale mondiale (à Baltisk), l'enclave n'a rien d'une zone qui risquerait quoi que ce soit et surtout pas une absorption par ses voisins même revêtus de l'uniforme otanesque. Ses habitants vaquent à leurs occupations l'esprit tranquille, ils savent que leur nation est grande, forte, ses voisins en 2014 lors de l'accesson de la Crimée au territoire russe avaient témoigné des mêmes instincts et puis le calme est revenu, naturellement. Les seuls qui pâtissent de cette situation sont les entreprises des deux côtés qui vivaient en bonne intelligence, mais, comme la nature a horreur du vide, tout le monde sait à Kalingrad qu'une fois les gesticulations occidentales retombées, tout rentrera dans l'ordre et la Lituanie aussi bien que la Pologne pourront toujours continuer à rêver, l'ours des steppes ne laissera jamais de tels fantasmes se réaliser, ses têtes nucléaires sont là pour les dissuader.

À lire

Elections Européennes : LR veut reconquérir l’électorat agricole

Désormais acquis au vote centriste (macroniste) pour certains, tentés par faire confiance au RN ou à Reconquête pour d’autres, les agriculteurs ont pourtant longtemps été une chasse gardée de la droite gaulliste et libérale. Tête de liste LR aux élections européennes, François-Xavier Bellamy tente de rallier leurs suffrages à sa candidature.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier