Géopolitique

Julian Assange libéré : pourquoi son rôle fut essentiel

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En 2010, j’ai été témoin d’un crime de guerre. Le meurtre délibéré d’un civil, en Afghanistan, par un soldat d’une unité de la 101ième division aéroportée. Je le rapporte car je pense qu’il donne une idée de ce qui se passe dans la tête d’un soldat à ce moment, du rapport très étrange qu’il entretient avec son arme et qui lui sert d’assurance-vie autant que d’écran entre sa conscience et la réalité. Également, cet exemple montre au combien l’action de Julian Assange et de Wikileaks a été fondamentale pour comprendre que ce genre de crimes de guerre perpétrés par l’armée américaine en Afghanistan et en Irak notamment, n’étaient pas des incidents isolés, mais qu’ils étaient le fruit des dérives d’une guerre ingagnable et sans fin. 

En Afghanistan, avec les troupes américaines


C’était en octobre 2010, vers la fin d’un long séjour avec les troupes américaines dans la région de Kandahar. Deux jours plus tôt, un éclaireur de la 101ième division aéroportée avec qui nous étions avait perdu deux jambes et un bras en sautant sur une mine. Un gars qui faisait l’unanimité. Les autres soldats étaient très affectés. En patrouille, ils étaient prêts à tirer sur n’importe qui pour venger leur copain. Le soir au fond des huttes en terre qui nous servaient d’abris, j’en entendais sangloter comme des mômes.

Les hommes avec qui nous étions en opération nous avaient joué un drôle de tour. Pour une journée, ils nous avaient orientés sur une autre patrouille avec une autre unité, une très longue patrouille comme pour nous éloigner. À ce moment-là, ils ne souhaitaient pas de journalistes avec eux, et pour cause… Nous avons pris la direction du sud tandis qu’eux, nous l’ignorions, marchaient vers l’ouest. On était parti depuis déjà plusieurs heures quand des coups de feu ont retenti. Personne n’y a prêté attention. Il y a toujours des coups de feu dans la campagne afghane et à moins qu’ils ne se rapprochent, cela fait partie du bruit de fond de la guerre auquel tout le monde s’habitue. Au …

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 3 semaines

Signaler

0

honte à Hollande qui lui a refusé l'asile politique

À lire

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

L’Assemblée nationale effectue sa rentrée dans une ambiance surchauffée

La nouvelle législature de l’Assemblée nationale a réélu sa présidente macroniste mais elle sera sous le contrôle d’un bureau majoritairement aux mains des élus du Nouveau front populaire. Le Rassemblement national, de son côté, a été tenu à l’écart des différents organes de gestion de la chambre des députés.

Nice : un incendie criminel tue trois enfants

Dans la nuit du mercredi au jeudi 18 juillet, un incendie s’est déclaré à Nice. Le nombre de victimes s’élève à sept personnes dont trois enfants. La piste criminelle est envisagée.

Dernier train pour Benoît Duteurtre

Le monde des lettres françaises pleure la mort prématurée d’un romancier antimoderne, nostalgique d’une France généreuse où la douceur de vivre n’était pas un vain mot. Benoît Duteurtre avait redonné de fort belle façon leurs lettres de noblesse aux trains, aux vaches, à l’opérette et aux plages normandes.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier