Société

JO 2024 : Vivre ou fuir ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Hôtels, Airbnb, Bed&Breakfast, la demande dépasse l’offre et les prix flambent. Le prix moyen des chambres d’hôtel augmente de 300 % sur la période des JO par rapport au reste de l’année, selon plusieurs articles des Échos, de Ouest France, ou encore d’Actu Paris. Prévoyez en moyenne 699 € pour une nuit à Paris. Le prix des Airbnb explose également sur la même période. Il est parfois multiplié par trois à une semaine près. Après avoir passé plusieurs heures à rechercher une location disponible sur la période de l’événement, nous avons trouvé un studio pour deux personnes au cœur de Paris à 469 € la nuit, contre 205 € habituellement. Nous avons ensuite échangé directement avec l’hôte, qui nous a expliqué son choix financier : « La demande étant plus forte que l’offre, bien qu’elle ait également augmenté, j’ai fait le choix de profiter de cette situation. J’actualiserai mes prix ultérieurement si la demande n’est pas suffisante ». Mais ce dernier n’a pas eu besoin de changer son prix : le lendemain, son bien était déjà réservé pour une partie des JO.
 
En juin dernier, le Crous de Paris avait proposé un projet de réquisition de chambres étudiantes afin d’offrir plus de possibilités de logement. Mais les résidents du Crous ont lancé une procédure contre cette réquisition, dénonçant la situation des étudiants laissés sur le carreau. Le projet de réquisition a donc été suspendu en septembre dernier. Le Bed&Breakfast est une autre alternative, qui permet de proposer un logement pour les visiteurs sans délocaliser le propriétaire. Mais ce type de location a un coût, proche de celui des hôtels et des locations de Airbnb. Pour les visiteurs au budget plus restreint, la meilleure solution proposée est la location hors Paris. Plusieurs villes à moins d’une heure de la capitale, desservies par le train, proposent des prix plus accessibles. Reims, Lille, Compiègne et plus largement l’Île-de-France, font partie des nombreuses destinations qui permettront de dégorger une capitale …

Julie Péron

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL