Géopolitique

JO 2024 : les athlètes russes n’auront le droit qu’à une participation a minima

La lecture des articles est réservée aux abonnés

L’hostilité à la participation des athlètes biélorusses et russes aux JO de Paris 2024 se retrouve jusque dans les pages du  quotidien sportif français L’Équipe dans lesquelles le journaliste Jean-Philippe Leclaire confesse avoir vu dans l’autorisation a minima délivrée par le CIO, « la défaite d’un certain esprit olympique ». Il vise surtout le fait que l’Ukraine ait été envahie durant la période intermédiaire entre les JO d’hiver de Pékin et les épreuves paralympiques qui suivaient ceux-ci.

En attendant, les blocages se multiplient à l’égard des sportifs accusés de ne pas condamner l’intervention militaire russe en Ukraine. Présidée par le double champion olympique anglais Sebastian Coe, 67 ans, la fédération internationale d’athlétisme (World Athletics), dont le siège est à Monaco, refuse toute participation des athlètes russes et biélorusses à ses compétitions et entend faire appliquer cette décision à Paris l’été prochain.  L’Ukraine, quant à elle, furieuse de la décision du CIO, agite l’idée d’un possible boycott des Jeux Olympiques par ses athlètes, mais la communauté sportive internationale ne croit pas en cette menace. 

Indignation russe


Pour le ministre des Sports de la Fédération de Russie, Oleg Matysine, cité par l’agence TASS, la neutralité imposée aux athlètes russes est contestable  : « La participation aux Jeux Olympiques est le rêve de tout athlète. Mais les conditions sont discriminatoires et vont à l’encontre des principes du sport. Ce faisant, ils nuisent aux Jeux Olympiques eux-mêmes, et non au sport russe. Cette approche est absolument inacceptable. » Les autorités sportives  russes laissent plus largement entendre qu’elles se désintéressent d’ores et déjà de ces Jeux Olympiques. Dans tous les cas, ce n’est pas la première fois que des polémiques géopolitiques éclatent en matière olympique : il suffit de se souvenir du boycott américain (et de la participation française) aux JO de Moscou en 1981. 

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

discrimination : autorisée si et seulement si ce sont des russes et biélorusses, suppots du grand satan poutine! vive l'égalité républicaine!

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier