Politique

Jacques Delors ou le vichysme en temps de paix

La lecture des articles est réservée aux abonnés

« Le centrisme, c’est le vichysme en temps de paix », tempêtait le ministre gaulliste Alexandre Sanguinetti (1913-1980) dans les années 1970. En imposant ses vues européennes à François Mitterrand dans les années 1980, Jacques Delors, issu du syndicalisme chrétien de centre gauche, opposé au républicanisme marxisant des amis de Jean-Pierre Chevènement, vérifiait largement cette assertion. Comme beaucoup d’hommes de Vichy en leurs temps, Jacques Delors, technocrate bancaire de formation, croyait à l’effacement de l’État au profit de la société et à l’Europe nouvelle. D’autre part, comme l’a dit Chevènement à l’annonce de son décès, par le truchement de la Commission européenne « Jacques Delors a infusé dans la politique française une dose de néolibéralisme à toutes celles qu’il eût été possible d’imposer par la voie légale normale ».

En même temps


De la même façon qu’Emmanuel Macron foule aux pieds les définitions du droit constitutionnel en parlant sans cesse d’une  « souveraineté européenne » qui s’articulerait avec la souveraineté nationale, Jacques Delors avait inventé le concept inepte de « fédération d’État-nations ». Or, soit un État est unitaire, comme la France, soit il est fédéral, comme l’Allemagne et les États-Unis. De la même façon, Emmanuel Macron, socialiste zombie, se veut à la fois l’héritier de Jean-Pierre Chevènement et celui de Jacques Delors, ce qui constitue une aberration totale en terme de généalogie intellectuelle. Avec Jacques Delors, comme avec Emmanuel Macron, l’héritage de la gauche se limite à un progressisme bon teint.

L’homme de Maastricht 


Pour Jacques Delors, la France devait sacrifier ses ambitions mondiales et son statut de grande puissance à un marché commun et à une monnaie unique. Il est l’homme de l’Acte unique de 1986 et du traité de Maastricht de 1992, de l’euro et de l’espace Schengen. Il aura été bien aidé en cela par le ralliement de Jacques Chirac à ses vues face aux tenants de la tradition gaulliste d’indépendance …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

mais avec la collaboration de mitterrand

mikel seb

Il y a 1 mois

Signaler

1

Sans passer par les urnes (il a refusé de se présenter en 1995 à l'élection présidentielle!) Jacques Delors a fait un travail de taupe, c'est à dire sans contrôle démocratique.

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL