Société

Influenceurs : Ultra-capitalisme, B2O et arnaques

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Les « influvoleurs », comme il les appelait. Au début de l’année 2022, Booba, le « duc de Boulogne », a lancé une croisade contre les influenceurs, ces célébrités des réseaux sociaux. 

Politiques ou commerciaux 

Selon Le Robert, un influenceur est une personne qui influence l’opinion, la consommation par son audience sur les réseaux sociaux. En fait, il s’agit souvent de distinguer les deux composantes de cette définition : opinion, et consommation. 

Les premiers s’appellent Usul, Papacito ou Greg Tabibian. Issus de YouTube, d’Instagram ou de Twitter, ils se distinguent par leur volonté d’utiliser leurs fortes communautés sur les réseaux sociaux pour influencer l’opinion publique, majoritairement sur la politique, mais aussi sur d’autres sujets. À ce titre, de nombreux députés se sont faits influenceurs, et Booba lui-même en est un, en incitant ses abonnés à adopter un comportement critique envers l’autre partie des influenceurs, qui nous intéresse ici. 

Car s’il arrive que les influenceurs d’opinion fassent la promotion de certains produits, ce n’est pas le cœur de leur métier. D’autres influenceurs, chargés de peser sur la consommation, vivent en effet des contenus sponsorisés qu’ils promeuvent sur les réseaux sociaux. 

Principalement des femmes, comme EnjoyPhoenix, Magali Berdah ou NabillaVergara, auxquels cas leurs conseils seront majoritairement dédiés à la mode ou au maquillage, on retrouve aussi des hommes comme Marc Blata, Laurent Correia, ou une légion d’ « influenceurs cryptos », ils joueront sur des placements bancaires, les techniques de séduction ou la mode masculine. 

Véritables panneaux publicitaires vivants, les influenceurs utilisent avant tout leur corps avantageux comme panneau publicitaire. Chaque publication rapporte entre quelques centaines, et plusieurs dizaines de milliers d’euros, selon la taille de la communauté et la visibilité du contenu. C’est d’ailleurs de cette façon que certains d’entre eux sont devenus multimillionnaires, faisant étalage …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL