Société

Inégalités salariales : Le mensonge des féministes

De quoi parle-t-on ?
Les femmes seraient en moyenne payées 15,8% de moins que les hommes et travailleraient donc gratuitement à partir du 4 novembre.

Compare-t-on ici deux collègues au même poste et dans la même entreprise ?
Pas du tout. Ce chiffre n’est qu’une moyenne brute, défini par l’étude comme « non ajusté ».
Pas très pertinent pour conclure à une discrimination.
Pour préciser le chiffre, l’INSEE attribue 68% de cet écart au fait que les femmes et les hommes ont des postes et des secteurs d’activité différents. Donc 10,8% des 15,8%.

D'où vient cet écart de 10,8% ?
Il est vrai qu’en moyenne, les femmes sont plus attirées par des métiers à moindre rendement financier mais plus « humains ».
Au contraire, les hommes choisissent plus souvent des métiers avec des primes de pénibilité, de risque et du travail de nuit.
Il reste donc un écart de 5% à travail et secteur équivalent. Plus pertinent déjà.

Des pistes pour les 5% restants ?
Concernant ces 5% restants, une publication du ministère du Travail affirme que les études sont incomplètes et ne prennent pas en compte des facteurs déterminants pour fixer un salaire, comme l’expérience, le diplôme ou les interruptions de carrières, entre autres, alors qu’il y a quelques pistes d’explication.
Pour prendre 1 exemple, le congé maternité étant supérieur de 3 mois à celui de paternité, cela va peser à l’embauche mais aussi sur la durée de la coupure de carrière et donc sur l’évolution du salaire.

On peut aussi raisonner par l’absurde.
Pourquoi les patrons embaucheraient-ils des hommes s’ils coûtaient 721 euros de plus par mois en moyenne pour le même travail ?


Pour conclure, nos déterminants biologiques, nos normes sociales et nos aspirations respectives nous dirigent vers des choix professionnels différents, ce qui influence nos salaires.
Globalement, l’écart ne vient donc pas que de discriminations sexistes bien qu’il puisse évidemment en exister.

Dire que les femmes commencent à travailler gratuitement à partir du 4 novembre est donc faux.
Aujourd’hui, tout le monde peut faire ce qu’il veut et sera rémunéré en conséquence, c’est l’égalité.

Si on n’accepte aucun écart quelqu’en soit la raison alors ce n’est plus une question d’égalité mais d’équité.
On ne cherche alors pas à lutter contre les discriminations, on cherche à ce que tout le monde soit exactement pareil, quelle que soit la réalité des envies ou des compétences de chacun.
Pour atteindre cet objectif, il faut utiliser la discrimination positive. Une pratique qui se développe de plus en plus dans notre société.

Victor Faure

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL