Géopolitique

Géorgie : après deux nuits de protestation contre la loi sur les agents étrangers, le gouvernement fait marche arrière

« Non à la loi russe ! » scandaient les manifestants à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, jusqu’au retrait de la loi sur les « agents étrangers », ce jeudi 9 mars. Ce projet de loi qui a été adopté en première lecture mardi par le parlement, prévoyait que les ONG et les médias recevant plus de 20 % de leur financement depuis l’étranger soient obligés de s’enregistrer en tant qu’« agents de l’étranger » ? Tout manquement serait sanctionné par une amende. La mesure semble inspirée de la loi russe sur les agents étrangers, promulguée en 2012 en Russie, qui, outre des dispositions semblables à la loi géorgienne, soumet les organismes concernés à des audits supplémentaires et à des obligations d’indiquer qu’ils sont distribués par un « agent étranger ».

Mais mardi soir à Tbilissi, les protestataires se sont rassemblés jusqu’à transformer la manifestation en émeute. Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Tbilissi, exprimant leur colère. On compte au moins 77 personnes interpellées et 50 policiers blessés pour cette seule soirée. Après deux nuits marquées par de violents affrontements entre les policiers et les manifestants, l’exécutif a décidé de retirer le texte. « En tant que parti de gouvernement responsable envers chaque membre de la société, nous avons décidé de retirer de façon inconditionnelle ce projet de loi que nous soutenions », a déclaré ce jeudi le parti du Rêve géorgien, dans un communiqué publié sur son site, relayé par Le Parisien.
 
Les tentations occidentales de la Géorgie
 
Si l’injonction populaire a aussi bien fonctionné, c’est aussi parce qu’elle allait dans le sens de ce qu’espèrent ses partenaires occidentaux. La Géorgie est candidate à l’entrée dans l’Union européenne depuis le 3 mars 2022, et candidate à l’entrée dans l’OTAN depuis le lendemain de son indépendance en 1991. Les partenariats sont économiques et militaires. Aussi, quand le projet de loi a été voté mardi 7 mars, ces partenaires ont-ils vu d’un mauvais œil l’irruption d’une loi héritée de Moscou. Les nombreuses critiques internationales ont quelque chose de paradoxal : il est évident que l’intégralité des États de la planète surveillent quels investissements étrangers sont faits sur leur sol. Mais le tour de vis aux contours autoritaires a déplu.
 
Les pays membres de l'Union européenne ont condamné le projet de loi, le jugeant incompatible avec leurs valeurs. Lors de l’abandon décidé ce jeudi, l’UE a encouragé les dirigeants politiques géorgiens à entreprendre des « réformes favorables à l'UE ».
 
Une loi mal comprise
 
Mais pour le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, la proposition a été injustement qualifiée de « loi russe ».  Il faudra, selon leurs déclarations, attendre un « contexte émotionnel apaisé », pour expliquer au public l'importance du projet de loi et de la transparence en matière de financement étranger. Le gouvernement du Premier ministre Irakli Gharibashvili maintient que ladite loi s’inspire des lois américaines des années 1930. L’argument a aussi été utilisé par le Kremlin lors de l'adoption de sa loi semblable en 2012.

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier