Géopolitique

Gaza : le Maroc montre la voie de l’acheminement de l'aide humanitaire aux pays arabes

 Le roi du Maroc préside le Comité Al Qods (le nom arabe de la ville de Jérusalem) chargé d’apporter une aide humanitaire aux populations palestiniennes, notamment en période de Ramadan. Il s’est appuyé sur cette organisation logistique pour acheminer par voie terrestre une aide spécifique de 40 tonnes jusqu’à la bande Gaza, menacée par la famine selon des agences de l’ONU. Plus d’un million de Gazaouis pourraient à terme être touchés par celle-ci. Une aide financée par le roi sur ses propres fonds  et par la Fondation Mohammed V pour la solidarité. 

Cette voie d’acheminement est une première depuis le déclenchement du conflit actuel. Elle a été transportée préalablement en Israël depuis le Maroc par un avion militaire qui a atterri à l’aéroport Ben-Gourion de Tel-Aviv le 12 mars. Le chargement a ensuite gagné le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza où il a été réceptionné par le Croissant-Rouge palestinien. 

Satisfaction de la France et des États-Unis 


La France a salué cette initiative marocaine par la voix son ambassadeur à Rabat, Christophe Lecourtier, qui a notamment déclaré à la presse que « tout le monde en France s’est vraiment félicité de l’initiative que vient de prendre le Maroc pour ravitailler par voie terrestre la population de Gaza », soulignant l’importance de l’implication personnelle du souverain chérifien dans cette opération. De son côté, le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est également réjoui de cet acheminement inédit d’aide humanitaire par un pays arabe.  

L’autre piste possible d’acheminement de l’aide humanitaire vers Gaza envisagée par la communauté internationale est la voie maritime. Les États-Unis prévoient de construire à cet effet une jetée sur la côte palestinienne dans le semaines qui viennent. En attendant, un bateau affrété par une ONG espagnole a pu décharger 200 tonnes d’aide en provenance de Chypre le 15 mars dernier. Tout porte à croire que ces diverses initiatives vont se multiplier pour répondre à l’urgence humanitaire dans cette zone. 

 

 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

des milliers de tonnes par jour mais ils prétendent que la famine est organisée

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier