Politique

Gaël Perdriau exclu du parti Les Républicains

Selon nos confrères du Monde, Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne, a été définitivement exclu du parti Les Républicains. Cette décision a été votée à l'unanimité lors d'un bureau politique du parti qui s'est tenu le mardi 12 octobre. Le vote a fait suite à une procédure d'exclusion enclenchée à l'encontre du maire le 13 septembre dernier.
 
Le parti a décidé de lancer cette procédure après que Gilles Artigues, premier-adjoint de la ville de 2014 à 2022, a accusé le maire de « chantage aggravé ». Gaël Perdriau aurait en effet, selon ses accusations, piégé Gilles Artigues lors d'un rendez-vous filmé avec un escort gay en 2014. Par la suite, le maire aurait fait chanter Gilles Artigues, jusqu'en 2022, en le menaçant de diffuser la vidéo. Une enquête publiée par Mediapart fin août, affirmait que le maire aurait été aidé dans cette entreprise par Samy-Kéfi Jérôme, actuellement conseiller régional en Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que par Gilles Rossary-Langlet, son compagnon de l'époque. Les deux individus auraient été payés par le maire via des fonds publics pour installer une caméra dans la chambre d'hôtel de Gilles Artigues. Par la suite, les images auraient été utilisées pour faire pression sur le premier-adjoint, afin de « contenir son influence politique »  selon Mediapart.
 
Le site d'investigation avait également publié des enregistrements de conversations entre Gilles Artigues, le maire Gaël Perdriau et Samy-Kéfi Jérôme. Au cours de ces conversations enregistrées lors de réunions qui s'étaient tenues en 2017 et en 2018, les deux hommes menaçaient directement Gilles Artigues de diffuser la vidéo, en affirmant : « Vos enfants ne s'en remettront pas ». Suite à ces révélations, le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour « atteinte à l'intimité de la vie privée, chantage aggravé, soustraction de bien public par une personne chargée d'une fonction publique, abus de confiance et recel de ces infractions ».

 Si Gaël Perdriau a été définitivement exclu du parti suite à cette affaire, il avait déjà été démis de ses fonctions de vice-président LR par le comité stratégique du mouvement. Cette mise à l'écart avait fait suite à ses propos concernant la possible investiture d'Eric Ciotti en vue des présidentielles. Menaçant de quitter le parti si ce dernier venait à être élu, Gaël Perdriau avait alors déclaré : « peu à peu on a dérivé vers cette droite identitaire ». Le maire de Saint-Etienne avait tenu des propos critiques envers Valérie Pécresse, regrettant que celle-ci n'ait « jamais rejeté la fumeuse théorie du grand remplacement que défend Zemmour, et qui est implicitement soutenue par Ciotti ». Sa mise à l'écart avait été décidée suite à la désignation de Valérie Pécresse comme candidate pour les présidentielles de 2022.

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Dissidence : Que reste-t-il d’Alexandre Soljenitsyne ?

Romancier et essayiste russe de génie, Alexandre Soljenitsyne a choisi en son temps d’opposer au modèle concentrationnaire soviétique le retour à la tradition plutôt que les illusions du libéralisme. Il est donc relégué dans un purgatoire littéraire et intellectuelle par les tenants de la doxa occidentale. Le 13 février 1974, il y a 70 ans jour pour jour, il était expulsé d'URSS.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

OMERTA, c’est beaucoup plus qu’un magazine !

Dans son N° 4, disponible en prévente sur omertamedia.fr, OMERTA traite des nouvelles lignes de fracture géopolitiques. 112 pages de reportages, d’enquêtes et d’analyses, avec en exclusivité la vision de François Fillon sur le monde. Front ukrainien, Gaza et Liban, drogue aux USA, autant de reportages uniques à découvrir dans ce numéro exceptionnel. Tour d’horizon.

Russie : la croissance rapide de l’économie fait mentir les prévisions des experts occidentaux

La presse anglo-saxonne est plus prompte que son homologue française à évoquer les résultats économiques assez inattendus de la Russie après deux ans de guerre sur le sol ukrainien et plusieurs vagues de sanctions occidentales à son égard. Le FMI estime à 2,6 % la croissance russe pour 2024.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL