Géopolitique

Front russe: l'Ukraine de Poutine face à la contre-attaque

 De Kherson à Zaporojié des côtes de la mer d’Azov à Donetsk, nous avons parcouru ces nouveaux territoires russes à la rencontre des officiels et surtout des habitants. Nous rapportons de là-bas des reflets du terrain d’opération et les preuves formelles que la réalité est souvent plus complexe que la vision binaire décrite sur certains plateaux de télévision.
 
 
 Quand Kherson était russe

 Notre périple commence à Kherson, où nous suivons celui qui était alors le vice-gouverneur de la région, l’Ukrainien pro-russe Kirill Stremousov. Était, car cet homme politique est mort percuté par un camion quelques semaines à peine après ce reportage. D’ailleurs, alors qu’il explique dans quel état se trouve le pont Antonovsky dont le tablier est perforé par les roquettes d'Himars ukrainiens, il déclare sans ambages : « c’est peut-être la dernière fois que vous me parlez ». En effet, recherché par les Ukrainiens qui le considèrent comme un traître à la patrie, sa vie était un risque permanent.
 Très favorable au régime de Vladimir Poutine, Stremousov se sent russe, absolument. La guerre est pour lui un mal nécessaire, qui conduira la Russie à libérer ses frères ukrainiens. Et lorsque Régis Le Sommier lui rappelle que c’est Vladimir Poutine qui a décidé d'attaquer, il botte en touche.
 La ville de Kherson, aujourd’hui reprise par l’armée ukrainienne, a cependant vécu plusieurs semaines à l'heure russe. Beaucoup sont partis. Alors, même l’éducation des enfants a changé durant cette période. L’Holodomor, famine des années 30 et fondement du roman national ukrainien, n'est plus enseigné. L’économie tourne toujours, les marchés fonctionnent, les restaurants sont ouverts, les pêcheurs à la ligne s'agglutinent sur les berges du fleuve. Pourtant à quelques dizaines de kilomètres, le canon gronde et les Russes préparent leur retrait sur l'autre rive du fleuve. Alors que nous quittons la ville pour Zaporojié, il faut à nouveau franchir le fleuve sur des pontons du génie militaire russe sous la menace des tirs d'Himars qui régulièrement frappent et coulent ces engins de franchissement.
 
 
 Zaporojié, et le syndrome de Tchernobyl


Tchernobyl, c’est un traumatisme qui n’a jamais quitté l’esprit ni des Ukrainiens, ni des Russes. Lorsqu’en 1986, le réacteur de la centrale explose, le monde entier prend conscience de la dangerosité du nucléaire civil. À Zaporojié, les jeunes générations n’ont jamais connu la catastrophe, mais les récits de leurs parents ont bercé leur jeunesse.
La plus grande centrale nucléaire d’Europe est désormais sous le contrôle des Russes. Poutine s’en est emparée sans combattre, et ne compte pas la redonner si facilement. Cependant, malgré l’alerte des autorités de sûreté nucléaire dans le monde et dans la région –une pétition favorable à un no-man’s-land a réuni plus de 20 000 signatures- les tirs ne cessent pas dans la zone : ce sont les Ukrainiens qui jouent avec le feu, avec l’uranium. Les techniciens de la centrale sont les premiers inquiets : pour eux, l’Ukraine peut connaître un nouveau Tchernobyl si la région n’est pas sanctuarisée. Évidemment, cela se ferait pour eux à l’avantage de Vladimir Poutine, ce contre quoi s’élèvent les Ukrainiens.


De Marioupol à Donetsk 
 
Après avoir quitté Zaporojié, nous sommes allés à la rencontre des Cosaques, unités d’élite de l’armée russe. Pragmatiques sur la réalité du terrain, ils disposent d’armements qui tiennent à distance les troupes ukrainiennes qui poussent timidement leur contre-offensive. Nous les laissons face au combat, pour gagner Marioupol. 
En mars 2022 le président d’OMERTA, je m'étais déjà rendu à Marioupol, en compagnie de Liseron Boudoul. La ville était alors sous le feu croisé des Russes qui tentaient de s’en emparer pour sécuriser son précieux port, et celui des Ukrainiens bien décidés à y organiser un festung. 

Aujourd'hui, dans la ville largement détruite, la vie s'accroche comme ces grands-mères qui ont décidé de rester, ou quelques habitants qui commencent à revenir d'Ukraine ou de Russie. Vladimir Poutine a promis que la ville serait reconstruite en 3 ans.
 Le périple s’achève à Donetsk, puis Louhansk et dans sa région : Severodonetsk et Lissichansk prises par les Russes en juillet. C'est à quelques kilomètres que les combats font rage entre Izium et Bakhmut, Kupiansk. Nous en sommes certains, aucun des deux belligérants ne lâchera facilement. Nous le constatons, les Russes se renforcent et préparent l'hiver. La bataille qui s'annonce sera terrible.

Retrouvez notre reportage complet sur l'application d'OMERTA.

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier