Culture

France Culture contre la culture française

« Déconstruire les clichés ». Quel meilleur adjectif pour qualifier France Culture aujourd’hui ? Tout le monde a déjà allumé l’autoradio et est tombé sur une émission de cette petite niche historique au sein du conglomérat Radio France. 

L’empire, pour rappel, a un budget annuel de 623 millions d’euros en employant 5000 personnes. Dans cet argent, 570 millions d’euros de redevance, et 92 millions de recettes. Un budget conséquent, pour des résultats souvent jugés médiocres. France Culture et sa mission de service public n’y échappe d’ailleurs pas. 


Un progressisme systémique 

Que le service public ne soit pas ancré politiquement à droite, personne n’en doutait. Mais à la gauche de France Info, puis de France Inter, il y a France Culture. Et pourtant, la radio ne respecte même pas la parité dans ses choix de portraits…majoritairement féminins. Quitte parfois à devoir faire des compromissions, comme lors d’une vidéo de trois minutes, complaisante envers Germaine Berton, meurtrière du cadre de l’Action Française Marius Plateau. Titrée : « la jeune inconnue qui a vengé Jaurès », l’extrait laisse peu de place à la critique d’une femme « qui ira même jusqu’à tuer pour ses idées ». 

Plus actuel : l’article élogieux écrit à l’occasion de la démission de la très-progressiste Jacinda Adern, la Première Ministre de Nouvelle-Zélande. On y lit l’importance de la « Jacindamania », alors qu’en interne comme dans les médias conservateurs du monde entier, la dirigeante était régulièrement la cible de nombreuses critiques. 

On y lira aussi l’histoire de « Suzanne Noël, pionnière féministe de la chirurgie esthétique », ou celle de Françoise Giroud, « une des plus grandes journalistes de notre temps ». Jamais dans la mesure lorsqu’il s’agit de louer l’œuvre d’une femme (de gauche si possible), un entretien sur l’inclusivité à l’Académie des Beaux-Arts est également assez édifiant : l’on s’y réjouit que les femmes soient en plus grand nombre, parce que ce sont des femmes. « C'est la société qui se métamorphose […] Et ce serait quand même fou que l'Académie ne suive pas ». Alors, allons-y, suivons la société : « il y avait trois femmes avec nous, c’était bien mais absolument pas suffisant ». Si l’objectif n’est pas la parité, il reste tout de même la quantité. De la comptabilité s’ensuit alors, sur l’évolution du nombre de femmes : « il faut faire effectivement extrêmement attention à avoir une proportion quasi équivalente ». 

 
Néo-féminisme : mode d’emploi 

Évidemment, on retrouve nombre de fantasmes néo-féministes, loin des vieux combats de la parité. Le 22 janvier, c’est Hakchenda Khun, dite Aurélia Aurita, une dessinatrice de BD érotiques ayant un « discours féministe » présentant son ouvrage à l’évocateur titre : Fraise et chocolat. Parler de sexe sans cesse et de façon très explicite, c’est ainsi souvent une marque de fabrique des bourgeoises féministes. La BD sera d’ailleurs décrite comme « exhibitionniste », mais pas sur France Culture. 

De nouvelles « problématiques » sont aussi étudiées, comme Vienne, ce modèle de « ville inclusive » rendu possible grâce à un « groupement de paysagistes féministes ». Une série « sur le concept de genre et sa dissémination inflammable en France : retour sur l’émergence d’une nouvelle façon de voir le monde, loin des clichés, des procès en sorcellerie et des approximations », voit également le jour. On y comprendra par exemple que « le genre […] n’est pas une théorie ». Véritable logorrhée « culturelle », l’idée est qu’il faut éduquer le peuple qui a mal compris l’importance de cet « enjeu féministe ». D’autant que « souvent, elle se combine à la classe et à la race dans des travaux intersectionnels ». Si c’est le cas, alors… Évoquons bien sûr sur l’émission « Sexisme et langage : l’écriture inclusive redonne au féminin la place qu’il mérite » qui se passe de commentaire. 

 

Embrasser l’intersectionnalité 

Évidemment, on ne peut plus être de gauche sans épouser l’ensemble des luttes dites « intersectionnelles ». Parmi elles, le rejet de la tradition. On trouve alors sans peine la série « Transmission », qui traite notamment des problèmes de l’héritage : « Hériter, c’est un truc de riches ! » lâchera Mathilde. Stéphane, de son côté, est extrêmement représentatif des Français, de par son statut de victime d’inceste. Tout ça pour saper la transmission : la fessée devient une « violence tolérée » au cours d’une émission qui rappelle qu’« intimider un enfant n’est pas un moyen de lui apprendre la frustration et l’art de grandir ». La faute à qui ? Aux catholiques, bien entendu. Et même aux papes d’ailleurs. Au lieu de ça, riche idée de suivre les artisans de la destruction du modèle éducatif français.  

La représentation des minorités n’est pas à mettre de côté. De façon croustillante, on pourra conter l’histoire de Zamor, un esclave bengalais encensé par France Culture pour avoir tué sa maîtresse, la comtesse du Barry. L’analogie avec la société actuelle est intéressante : ce sous-citoyen a été éduqué par sa supérieure, avant de l’envoyer sur l’échafaud. 

Dans la même veine, le film Tirailleurs, descendu par les spectateurs, est largement valorisé pour ses vertus « pédagogiques ». En effet, selon France Culture, les Français sont tellement racistes qu’ils n’avaient jamais entendu parler des tirailleurs sénégalais. En place, dernier film de Jean-Pascal Zadi pose la question suivante : la France est-elle prête à avoir un président noir ? Décrit comme d’un « comique efficace », la radio vante sa prise en compte des problématiques de gauche, et que de gauche. 

 

La radio de la culture, la vraie 

La culture générale, France Culture en parle, et bien. Lorsqu’il s’agit d’un sondage concernant le rôle de culture générale et son état en France, leur perspicacité légendaire leur permet de mettre immédiatement le doigt sur le problème. Ce n’est pas que les jeunes sont moins cultivés qu’avant, non. En fait : « 61% des moins de 25 ans ont déjà ressenti un manque de culture générale dans le cadre professionnel. Cela m'a paru vraiment énorme ! Alors que la totalité des Français, c'est 37%. Les jeunes ne sont pas du tout dans la revendication de leurs savoirs, dans l'arrogance. » 

Le problème d’aujourd’hui, c’est donc le manque de confiance en eux des jeunes. On peut d’ailleurs élargir ce constat à l’ensemble de la société française : « Je ne sais même pas si c'est de la modestie ». De l’art de se poser les bonnes questions. 

Relativistes sur l’orthographe lorsqu’il s’agit de parler de la dictée, et cléments envers les censeurs du XXIe siècle, ils sont pudiquement appelés : « sensitive readers » -car l’anglicisme est un enrichissement, sans doute. Ces « démineurs littéraires » ont pour objectif de retirer tous les contenus « offensants » pour « tuer la polémique dans l’œuf ». 

Que dire de plus, sinon résumer la constante chute du niveau de France Culture par ce titre merveilleux : « De Proust aux éditions Harlequin : et vous, que lisez-vous aux toilettes ? ». 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Il ne faut pas se bercer d'illusions, d'une façon comme d'une autre, ce sera toujours nous qui paierons. Et la fin de la redevance ne va pas nettoyer ces écuries d'Augias que sont devenues ces chaînes et radios.

Aude Giraudet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Aujourd'hui, les entreprises doivent s'adapter au public, se conformer afin de plaire au plus grand nombre de leur persona. On est plus du tout dans une logique d'élever les gens, mais de se baisser pour se mettre à leur niveau. Vaste programme. La résultante ? Nous la connaissons tous malheureusement. France Cul devrait-elle envisager de changer de nom ?

Philippe Plante

Il y a 1 ans

Signaler

1

Il n’y a que Répliques avec Finkielkraut qui vaille la peine d’écouter

Cédric BEL-YAZID

Il y a 1 ans

Signaler

1

Affligeant... La fin de la redevance pourra-t-elle y changer quoi que ce soit ?

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL