Économie

Focus #1 : l'inflation

Ça, c'est à cause de l’inflation, en France 6,2% sur 1 an au mois d’octobre 2022. 
D’après l’INSEE, l’inflation est la perte de valeur d’une monnaie qui entraîne une augmentation générale et durable des prix. 
La même voiture qui coutait 10 000 euros en 2021 coutera 10 600 euros 1 an après. 
Les prix augmentent car la valeur de chaque billet diminue. 
 
La vie coûte plus cher, mais est-ce que les salaires suivent ? 
Ils évoluent en moyenne moitié moins que l’inflation. 
D’après le ministère du Travail, de juin 2021 à juin 2022, l’inflation était de 6% alors que les salaires n’ont augmenté que de 3,1%. 
Vous avez l’impression d’avoir été augmentés de 3,1%, en réalité, vous avez perdu 2,9% de votre pouvoir d’achat. 
 
Milton Friedman, prix Nobel d’économie, disait « L’inflation est la seule taxe qui n’a pas besoin d’être votée ». 
 
Alors, aurait-on simplement à imposer que les salaires augmentent autant que l’inflation pour qu’il n’y ait pas d’impact ? 
Si tout augmente de 10% mais que les salaires aussi, cela devrait revenir au même non ? 
 
Sauf que pas vraiment. 
Déjà, comme on l’a précédemment abordé, il est rare que le salaire augmente autant l’inflation. 
Mais imaginons, l’inflation est de 10% et votre salaire évolue aussi de 10%. Vous aurez donc le même pouvoir d’achat chaque mois, alors quel est le problème ? 
 
Et bien, c'est votre épargne. 
Si vous laissez votre argent en liquide dormir sous votre matelas, il perd en valeur à hauteur de ce que l’inflation augmente. Vos 10 euros restent 10 euros sauf que leur valeur a baissé. 
Placée sur un livret A, votre épargne rapporte actuellement 2% par an, mais vous perdez donc les 4% d’écart avec l’inflation. 
 
L’inflation est donc a minima une taxe sur votre épargne, le plus souvent aussi, une taxe sur vos revenus. 
 
Sans négliger l’incertitude qui entoure la question, la banque de France se veut rassurante et projette une inflation à 4,7% en 2023 qui atteindrait même 2,7% fin 2024. 
Donc restons calme, ça devrait s’arranger. 

Victor Faure

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL