Politique

Fabien Roussel et François Ruffin : la nouvelle ancienne gauche

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
La Fête de l’Humanité, plus grand événement de gauche en France, qui réunit chaque année des centaines de milliers de participants, a été émaillée de polémiques. La voix discordante de la Nupes, Fabien Roussel, a en effet fait des siennes en taclant la « gauche des allocs » pour défendre la « dignité » conférée par le travail et le salaire. Pour se justifier face aux huées d’une partie de l’auditoire, il balance : « Votre camarade François Ruffin dit la même chose ! ». De quoi faire réfléchir. 

Bien entendu, la droite française s’est réjouie de cette sortie : un homme de gauche qui parle comme un homme de droite, ça n’arrive pas tous les jours ! Depuis ses multiples interventions sur la viande ou la laïcité, le communiste est devenu un homme de gauche « respectable », et apprécié pour ses oppositions à La France Insoumise, considérée elle comme la « vraie menace ». Alors, dénigrer les « allocs » que la droite libérale rejette, c’est gagner un point dans l’opinion ! Malheureusement pour lui, plus la droite apprécie Fabien Roussel, moins la gauche l’aime. On ne s’allie pas avec l’ennemi. 

Ceux qui le huent à la Fête de l’Huma’, et qui le critiquent sur les réseaux sociaux, ce sont principalement des soutiens de La France Insoumise. L’ex-pornographe et désormais vidéaste pour Médiapart Usul a par exemple fustigé son racisme. Racisme, qui viendrait selon lui du fait que les « allocs » de Fabien Roussel sont associées aux allocations familiales, lesquelles sont rattachées à l’imaginaire de l’immigration. Benoît Hamon a quant à lui rappelé que la Sécurité Sociale pourvoyeuse d’allocations avait été mise en place par le communiste Ambroise Croizat. On peut également citer Rokhaya Diallo qui, au micro de RTL, a expliqué que « la pensée marxiste est extrêmement critique du travail salarié ». Pour autant, voit-on se dessiner une opposition entre gauche du travail et gauche des allocs ? Pas si sûr. 

François Ruffin a évidemment été pris à partie dans la polémique. Se …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Dissidence : Que reste-t-il d’Alexandre Soljenitsyne ?

Romancier et essayiste russe de génie, Alexandre Soljenitsyne a choisi en son temps d’opposer au modèle concentrationnaire soviétique le retour à la tradition plutôt que les illusions du libéralisme. Il est donc relégué dans un purgatoire littéraire et intellectuelle par les tenants de la doxa occidentale. Le 13 février 1974, il y a 70 ans jour pour jour, il était expulsé d'URSS.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

OMERTA, c’est beaucoup plus qu’un magazine !

Dans son N° 4, disponible en prévente sur omertamedia.fr, OMERTA traite des nouvelles lignes de fracture géopolitiques. 112 pages de reportages, d’enquêtes et d’analyses, avec en exclusivité la vision de François Fillon sur le monde. Front ukrainien, Gaza et Liban, drogue aux USA, autant de reportages uniques à découvrir dans ce numéro exceptionnel. Tour d’horizon.

Russie : la croissance rapide de l’économie fait mentir les prévisions des experts occidentaux

La presse anglo-saxonne est plus prompte que son homologue française à évoquer les résultats économiques assez inattendus de la Russie après deux ans de guerre sur le sol ukrainien et plusieurs vagues de sanctions occidentales à son égard. Le FMI estime à 2,6 % la croissance russe pour 2024.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL