Politique

Européennes 2024 : le sondage de rentrée qui lance la campagne

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Si, comme disait Jacques Chirac, « les sondages, ça va, ça vient, c’est comme la queue du chien », il n’en reste pas moins qu’ils permettent aux observateurs et responsables de la vie politique de tirer certaines conclusions. Le 9 juin prochain, les Français seront appelés aux urnes pour élire leurs députés européens. Une élection qui passionne, car dans le paysage politique actuel, il s’apparente davantage à des midterms à la française qu’à un simple suffrage pour élire des représentants à Strasbourg. 
 
Le sondage IFOP de ce dimanche 3 septembre tombe à pic dans ce contexte de rentrée politique où chacune des écuries s’évertue à se frayer un chemin en vue des prochaines échéances. Voici les estimations de ce dernier : Bardella, RN (25 %) ; Séjourné, REN (ex-LREM) (21 %) ; Royal, LFI (10 %) ; Glucksman, PS (9 %) ; Toussaint, EELV (8 %) ; Bellamy, LR (8 %) ; Maréchal/Zemmour, R! (6,5 %) ; Desffontaines, PCF (5 %) ; Nicolas Dupont-Aignan, DLF (3 %) et LO/NPA : 1 %.
 
Le constat est sans appel pour l’ancienne candidate du parti socialiste à l’élection présidentielle de 2007. En effet, Ségolène Royal, récemment débarquée chez TPMP pour être la nouvelle chroniqueuse de Cyril Hanouna –la première de l’émission est prévue ce lundi 4 septembre– plafonne à 11 %. Fabien Roussel s’amuse d’ailleurs de sa candidature sur Sud Radio, au micro de Jean-Jacques Bourdin, en déclarant « je suis content qu’elle ait trouvé un lieu d’accueil ».

Droite, gauche, « chacun va combattre dans son couloir »


Si le casting pour rassembler la gauche ne plaît pas à tous, la fracture idéologique entre LFI et le PS reste trop forte pour espérer obtenir un score remarquable. Tout de même, pour Clémentine Autain, favorable à une alliance : « Si la proposition de Ségolène Royal permet de faire advenir l’unité, je signe ».
 
De toute façon, cette possible alliance de la gauche n’inquiète pas la droite, qui se sent peu concernée. Stanislas Rigault, président de Génération Zemmour, affirme que « chacun va …

Wandrille de Guerpel

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 9 mois

Signaler

0

svp éviteze les américanisme " des midterms à la française"

À lire

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Europe, si loin si proche

Notre directeur de la rédaction, Régis Le Sommier remet en perspective le scrutin de dimanche et livre ses impressions sur une élection qui se déroule sur fond de conflit en Ukraine et de fracturation des populations vivant sur le sol français.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL