Géopolitique

Etats-Unis : « l'Amérique vit de plus en plus dans deux environnements médiatiques différents »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Depuis des semaines, certains Etats républicains envoient des migrants dans des Etats démocrates. Pourquoi ? 

Au cours de la dernière décennie, une trentaine de villes américaines se sont définies comme « villes sanctuaires » ou « juridictions sanctuaires ». Il s'agit de villes qui, par une politique déclarée, limitent leur coopération avec les autorités fédérales (c'est-à-dire nationales) chargées de l'immigration qui cherchent à appréhender les étrangers en situation irrégulière. Lorsque des étrangers en situation irrégulière sont arrêtés pour des délits mineurs, les villes sanctuaires refusent généralement de les remettre aux services américains de l'immigration et des douanes. Dans certains cas, les villes sanctuaires s'abstiennent même de poser des questions sur le statut d'immigration lorsqu'elles fournissent des services publics. Comme vous pouvez l'imaginer, il s'agit presque toujours de villes dirigées par des maires démocrates de gauche : Boston, Chicago, Los Angeles, New York, Philadelphie, San Francisco, Washington, etc. 

Les États du sud des États-Unis qui se trouvent en première ligne de l'immigration clandestine, en particulier le Texas, ont été critiqués par des maires démocrates qui prétendent que la politique d'immigration est définie au niveau national, les États ne peuvent généralement pas faire respecter les restrictions frontalières par eux-mêmes. Mais il n'y a aucune raison pour que le Texas ou la Floride aient à supporter le poids de la crise des migrants et à s'occuper eux-mêmes des immigrants illégaux. Les gouverneurs du Texas et de la Floride ont donc décidé d'appeler au bluff les maires démocrates et d'envoyer des migrants illégaux dans leurs villes ! 


Comment est traité cet événement par les démocrates ? 

Il s'avère que les maires démocrates n'ont pas beaucoup apprécié ! Loin d'accueillir les migrants illégaux, ils ont feint de s'indigner que les gouverneurs républicains "exploitent" les migrants comme des « jouets ». À Martha's Vineyard, …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Raphaël Glucksmann, néoconservateur de choc

Alors que sa liste est annoncée à 14,5 % pour les élections européennes, Raphaël Glucksmann est l’homme en forme actuel de la gauche. Mais qui se cache vraiment derrière l’homme tête de liste de l’alliance Parti Socialiste-Place Publique ?

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier