Culture

[Essai] Conduire la guerre : la voie du dux bellorum

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Conduire la guerre, de Benoit Bihan et Jean Lopez, est un livre fascinant se présentant sous la forme - déroutante de prime abord - d’une conversation entre les deux spécialistes sur près de 356 questions-réponses. L’ensemble, animé et incisif, entraîne le lecteur de manière à ce qu’il ait le sentiment de participer à une discussion privilégiée entre deux spécialistes de la stratégie militaire. Grâce à une langue simple, mais efficace, les auteurs réussissent à transmettre moult idées complexes de manière claire et concise. Les dialogues, bien structurés, et aux transitions fluides d'un sujet à l'autre, sont stimulants autant que pratiques pour quitter et reprendre la lecture au besoin, et permettent d’appréhender au mieux la notion d’art opératif, développée par le penseur et militaire soviétique Alexandre Svetchine (1878-1938).
 
Approche multidisciplinaire
 
Méconnu en France, mais plus généralement en Occident, l’homme qui fut général de l’URSS, systématisa le premier cette notion de lien entre stratégie (ensemble des moyens coordonnés que l'on emploie pour parvenir à un résultat) et tactique (art de combiner ces moyens pour arriver audit résultat). Toute l’œuvre sert ainsi à mettre en exergue et à dégager, par le biais de différents précédents historiques, ce qui en fut un exemple réussi ou non. Les deux auteurs, adoptant une structure chronologique, évoluent ainsi de situation historique en situation historique pour comprendre tous les aspects de cet « harnachement de cheval ». Bien sûr, si la partie sur les débats internes à l’Armée rouge ne passionnera pas chaque lecteur, celui-ci peut toujours se consoler avec les nombreux autres sujets évoqués dans l’ouvrage : de Napoléon aux errements américains en Afghanistan en passant par la guerre froide ou la défaite de Sedan, chacun y trouve son compte. 
 
En effet, l'un des aspects les plus intéressants du livre est l'approche multidisciplinaire qu'il adopte. Les deux protagonistes discutent de stratégies militaires, …

Louis La Royère

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Thierry Lemaire

Il y a 11 mois

Signaler

0

audit résultat => au dit résultat

À lire

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Elections Européennes : LR veut reconquérir l’électorat agricole

Désormais acquis au vote centriste (macroniste) pour certains, tentés par faire confiance au RN ou à Reconquête pour d’autres, les agriculteurs ont pourtant longtemps été une chasse gardée de la droite gaulliste et libérale. Tête de liste LR aux élections européennes, François-Xavier Bellamy tente de rallier leurs suffrages à sa candidature.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL