Économie

Envolée des prix de l'énergie : les Vingt-Sept peinent à trouver un consensus

 
Jeudi 20 octobre, les vingt-sept chefs d’État et de gouvernement européens se sont réunis à Bruxelles pour traiter de la guerre en Ukraine et des tensions liées à l'approvisionnement en énergie. La réunion a duré 11 heures, s'éternisant jusque tard dans la nuit. L'énergie a été le principal objet de discussion des Vingt-Sept, alors que l'Europe est touchée par des difficultés majeures, notamment sur le plan énergétique depuis l'offensive russe en Ukraine. 

Le délitement des relations avec la Russie a provoqué une tension énergétique dans l'Union Européenne, les prix du gaz naturel se sont envolés, accusant une hausse de 12,8% en Europe le 29 septembre. Face à cette situation, les États-membres peinent à trouver une solution commune. 

Parmi les pistes explorées lors de la réunion, il a été question d' « examiner un corridor de prix dynamique temporaire sur les transactions de gaz naturel ». Le processus consisterait à établir une « fourchette dans laquelle le prix du gaz doit rester, pour limiter les prix excessifs sur le marché de gros ». Les Vingt-Sept se sont aussi interrogés sur la possibilité de « plafonner le prix du gaz dans la production d'électricité », selon le « modèle ibérique » mis en par l'Espagne et le Portugal en juin. 

Soutenue par la France, cette solution provoque la réticence des États d'Europe centrale. Ces derniers, dont l'approvisionnement en gaz est assuré majoritairement par la Russie, craignent de voir leur principal fournisseur se retirer. Victor Orban a ainsi tweeté jeudi soir, comparant cette mesure avec le fait d' « aller au bar et dire au barman que tu veux payer ta bière à moitié prix. Ça n'arrivera pas ». L'Allemagne et les Pays-Bas, quant à eux, craignent que le plafonnement des prix provoque la hausse de la consommation de gaz et « des problèmes d'approvisionnement en vue de l'hiver 2023-2024 » selon Le Figaro. Le chancelier allemand a tout de même affirmé : « Je ne dis non à rien, je ne dis pas oui », laissant entendre qu'il était ouvert au débat.

Le consensus devrait être difficile à trouver, tant les États européens diffèrent en termes de mix énergétique. Le président Emmanuel Macron attend que la Commission revienne avec des propositions précises « fin octobre, début novembre ». 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL