Culture

Entretien avec Frédéric Le Moal : ces hommes qui ont fait les fascismes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En lisant votre livre, on se rend véritablement compte qu’il y a deux fascismes. Un mussolinien, et un hitlérien, qui déclenchera d’ailleurs la fronde des principaux hommes de Mussolini. Pourquoi ce tournant ?
Je ne parlerai pas de fascisme hitlérien, je dirais plutôt que le groupe dirigeant fasciste s’est fracturé autour de la question de l’alliance avec l’Allemagne et de la question des lois racistes et antisémites.  
Il faut cependant bien parler de tournant. Dans un premier temps, le fascisme n’est absolument pas antisémite, ce que lui reprochent les nazis ! Il y avait même une hostilité géopolitique à l’Allemagne hitlérienne de la part de l’Italie fasciste, car Mussolini craignait énormément les revendications hitlériennes sur l’Autriche qui auraient débouché sur une revendication sur la province du Trentin, annexée par l’Italie, bien que germanophone. 
Jusqu’au milieu des années 1930, l’Italie est plutôt du côté des démocraties dans sa politique allemande. La situation change complètement avec la guerre d’Ethiopie durant laquelle l’Italie se retrouve isolée, sanctionnée par les démocraties et la SDN, ce qui, inévitablement, provoque un tournant germanophile alors que le Reich est de plus en plus puissant et exerce une véritable fascination sur certains fascistes, Mussolini le premier.  
Or, une autre partie des dirigeants reste très hostile au nazisme par hostilité à l’Allemagne, rejet du tournant antisémite de 1938 et de faire la guerre avec Hitler. Ils avaient bien vu que d’alliés, ils allaient devenir vassaux, ce qui s’est passé.  
 
Les lieutenants de Mussolini sont nombreux, mais on retient surtout certains comme Italo Balbo, Dino Grandi, ou Galeazzo Ciano. Leurs idées vont du nationalisme catholique au totalitarisme païen. Qu’est-ce qui unissait ces personnes aux origines et opinions diverses ?  
Il est très difficile de qualifier le fascisme. On devrait presque en parler au pluriel, « les fascismes », tant il y a eu de courants. Il n’y a jamais eu de corps …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

On peut aussi lire l'excellente biographie : « Le Mystère Mussolini » de Maurizio Serra.

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL