Politique

Énergie : « il est pratiquement impossible de rouvrir Fessenheim ! »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le présent de la République a récemment décidé de défendre sur YouTube ses positions sur l'écologie, et la droite s'en est un peu moquée. Mais il y a une interrogation qui revient : pourquoi est-ce qu’Emmanuel Macron a fermé Fessenheim ? Est-ce que la centrale était réellement trop vieille comme il le disait ? 
  
Non pas du tout, je crois que la réponse est bien connue : c'est un accord électoral entre François Hollande et les Verts à l'époque, dans lequel il était convenu de fermer quelques réacteurs. Il s’agissait d’abord de baisser la part du nucléaire dans le mix énergétique, c'est-à-dire passer de 75% à 50%. À court-terme, il fallait donc fermer quelques réacteurs. 
 
C’est d’ailleurs confirmé par une loi sur la PPE, la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, qui prévoyait à l'origine de fermer 12 réacteurs d'ici à 2025. La date a depuis été décalée pour 2035. Malgré toutes les annonces actuelles, la loi prévoit encore la fermer 12 les réacteurs d'ici à 2035. Je crois savoir que cette PPE va être révisée en 2023, mais pour l'instant, c'est toujours officiel. Fessenheim était la première sur la liste, c'était la plus ancienne, la plus décriée à cause de failles sismiques, qui n'ont en fait jamais posé problème !  
 
C’est aussi à cause de la proximité avec l'Allemagne et la Suisse. On apprend que les Allemands ont beaucoup poussé, et en off, que les politiciens de l'époque ont suivi l'Allemagne. Hollande fait cette loi, mais il s’agissait d’un accord électoral visant à récupérer des pourcentages de voix des Verts. Emmanuel Macron est arrivé et a continué dans le même sens. En réalité, il n’y avait aucune raison technique de la fermer, puisque des travaux avaient été faits à l'intérieur pour en améliorer sa sûreté et l'ASL, l'Autorité de Sûreté Nucléaire, avait donné l'autorisation de prolonger son exploitation pour plusieurs années. Ce n’est ni une décision technique, ni une décision d’EDF, c'est une décision politique qui a été initiée par François Hollande et …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

"Olivier Véran a parlé récemment de l'intensité du chauffage..." Le même Véran qui nous raconte aujourd'hui que tout va bien se passer à l'issue du match France-Maroc. Qui peut encore être assez stupide pour accorder à cet individu un iota de crédibilité?

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Gabegie et Impéritie !

baur christiane

Il y a 1 ans

Signaler

1

Ce gouvernement (et les précédents aussi) nous prend pour des billes. Chaque jour on nous dit le contraire de la veille et ils passent leur temps à nous infantiliser. Beaucoup de particuliers font déjà des économies à cause de la facture de l'électricité, des entreprises vont fermer car elles ne pourront faire face aux hausses. Cette gabegie gouvernementale nous entraine dans le gouffre.

À lire

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL