Géopolitique

En Espagne, la droite aux marches du pouvoir

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Après la déroute de la gauche aux élections locales (municipales et régionales) de mai dernier en Espagne, Pedro Sanchez, secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et Premier ministre du gouvernement, avait dissout le parlement (Congrès des députés et Sénat) et convoqué des élections législatives anticipés. Ces élections, qui renouvellent les membres de la chambre basse et les deux tiers des membres du Sénat, devaient se tenir en novembre prochain. Elles auront finalement lieux le 23 juillet. 

Il s’agissait d’une tentative risquée de Pedro Sanchez de remobiliser les électeurs de gauche en se posant en rempart de l’extrême droite. Pour constituer un gouvernement, le Parti Populaire (PP, centre droit), devra sûrement former une coalition avec Vox, parti de droite populiste et accusé de nostalgie du franquisme. En pointant du doigt les risques d’une telle alliance, le Premier ministre souhaitait diaboliser le PP, accusé de complaisance avec l’extrême droite et ainsi agiter l’épouvantail d’un retour du franquisme. Par ce choix d’avancer les élections de cinq mois, le chef du PSOE espérait sûrement réitérer le coup d’éclat d’avril 2019, quand ce dernier premier ministre d’une coalition minoritaire avait dissout l’assemblé pour renforcer le poids de son partie au Congrès des députés. Le PSOE avait alors gagné 38 sièges supplémentaires à l’issue du scrutin.

La droite espagnole au plus fort

Mais à deux jours du scrutin, le coup de poker du chef du gouvernement semble faire long feu. Le PP caracole en tête avec 35 % des intentions de vote dans les enquêtes d’opinion, devant le PSOE, 27 % et Vox, 14 %. Sumar (extrême-gauche qui a succédé à Podemos) est crédité de 12 ou 13 %. Si le scrutin de dimanche ne dément pas les sondages, une coalition de droite pourrait, à condition d’un accord de gouvernement entre le PP et Vox, obtenir la majorité absolue et s’emparer du pouvoir exécutif. Les nombreux accords de coalition signés entre les deux partis en région et …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Édito : Hausse inquiétante de la délinquance

Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure a publié le mercredi 28 septembre son rapport 2022 sur l’insécurité et la délinquance. A l’image des années précédentes, l’ensemble des indicateurs sont en hausse.

RSA, les 15 h hebdomadaires bientôt généralisées

Les bénéficiaires du RSA bientôt soumis à un quota d’activité obligatoire ? La mesure a récemment été votée par le Parlement, après des débats houleux. Au-delà du principe même, fustigé par les oppositions, ce sont les conditions d’application du texte qui inquiètent.

[Reportage] Face aux JO, le combat des bouquinistes

Omniprésents le long des quais de Seine, les bouquinistes parisiens vont devoir retirer leurs boîtes vertes en marge de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques qui se tiendra le 26 juillet 2024. Une mesure que dénoncent les principaux concernés. OMERTA est allée à leur rencontre. Reportage.

Les poulets ukrainiens menacent l’élevage avicole français

L’UE a autorisé l’importation massive de volailles ukrainiennes. Face à la menace que font peser ces poulets élevés industriellement sur une filière française plus traditionnelle et plus chère, Paris n’a pas jugé bon de faire jouer la clause de sauvegarde. Les éleveurs français résisteront-ils à l’arrivée de 15 à 25 000 tonnes mensuelles de poulets ukrainiens ?

Nous portons plainte

Face à un article diffamatoire de Télérama, le président d’OMERTA réagit et annonce déposer plainte. D’autres plaintes sont également déposées contre Le Monde, Libération et la Lettre A.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier