Politique

Emmanuel Macron : « Nous sommes un peuple qui entend maîtriser et choisir son destin »

Le discours du Président aura su, pour le moins, mobiliser l’audience : 15,1 millions de Français ont assisté à son discours sous les ors de l’Élysée, agrémenté de subtils zooms caméra lors des moments les plus intenses de son discours à l’accent paternel et rassembleur. À l’image de la convention citoyenne sur la fin de vie – plutôt que du référendum d’initiative partagée, rejeté à l’expéditive par le Conseil constitutionnel – le Président a affirmé vouloir que la vie démocratique « gagne en participation citoyenne ». En revanche, pas de relâchement : il ne faut « rien céder aux divisions ». Et aux oppositions ? 

Dialogue

Sur ce point il donne le change et ouvre les bras : il faut « ouvrir sans aucune limite, sans aucun tabou, une série de négociations sur les sujets essentiels ». « La porte sera toujours ouverte », a-t-il plaidé non sans étonner, quand le très mesuré secrétaire général de la CFDT réclame depuis deux mois de pouvoir dialoguer sur la réforme : « la porte de l'Élysée a été fermée à triple tour pendant trois mois », a regretté Laurent Berger à l’antenne de BFMTV, avant d’ajouter : « Les regrets ne vont pas changer grand-chose. ».

Immigration expresse, « D’ici à la fin de l’année prochaine, nous aurons désengorgé tous les services d’urgence »

Détour express par l’immigration et la sécurité, après une bifurcation par l’« État de droit, socle de notre démocratie ». « Nous renforcerons le contrôle de l'immigration illégale tout en intégrant mieux ceux qui rejoignent notre pays », prévient-il le visage grave. Un zigzag à l’aveugle entre les thèmes droitiers à cocher pour rassurer ses alliés restant chez Les Républicains, tels que « la justice et de l'ordre républicain », avec pour ambition chiffrée de recruter « plus de 10 000 magistrats » et de créer « 200 nouvelles brigades de gendarmerie dans nos campagnes ».

Les « mesures fortes » ne s’arrêtent pas là. Il fallait réorienter le regard vers l’avenir et les lendemains qui chantent : ce fut donc le retour des promesses concrètes et poignantes, car « il faut des résultats concrets à court terme ». Au menu notamment, « remplacement systématique des professeurs absents » dans les écoles, assurance d’avoir « d’ici à la fin de l’année prochaine […] désengorgé tous les services d’urgence ». Tout, mais surtout gagner du temps : « Nous avons cent jour devant nous, cent jours d’apaisement, d’unité, d’ambition et d’action au service de la France ». Il appelle solennellement à forger des « coalitions et des alliances nouvelles » avec « toutes les forces d'action et de bonne volonté ».

« Nous devons lutter contre le sentiment que voter, ce n’est pas décider ».

Abordant l’« indépendance française et européenne », le Président soulignait que « nous sommes un peuple qui entend maitriser et choisir son destin ». Certains des plus remontés parmi les téléspectateurs y ont peut-être vu l’écho de ses propos passés, le 6 août 2020 au Liban quand, le teint hâlé et le cœur fier de raviver une tradition française, il rappelait aux autorités libanaises qu’« une révolution ne s’invite pas, c’est le peuple qui la décide ! »

Un élan démocratique qu’Emmanuel Macron poursuit encore : « Nous devons lutter contre le sentiment que voter, ce n’est pas décider ». Un discours pour le moins audacieux, moins d’un an après son propre constat lucide que « nombre de nos compatriotes ayant voté pour moi l’on fait non pour soutenir les idées que je porte, mais pour faire barrage à l’extrême droite ». Il promettait au sortir du second tour victorieux que « La colère et les désaccords qui les ont conduits à voter pour ce projet doivent aussi trouver une réponse » ; d’une certaine manière, la réponse n’a pas tardé. 

« Les casseroles sonnent plus juste »

Comme la plupart des opposants au texte, Marine Le Pen ne voyait pas de problème à refuser la promulgation après sa validation par les sages : « Par l’annonce du retrait de la réforme des retraites ou du référendum, Emmanuel Macron aurait pu ce soir retisser le lien avec les Français. Il a choisi de nouveau de leur tourner le dos et d’ignorer leurs souffrances. »

Le rédacteur en chef de la Revue politique et parlementaire, Arnaud Benedetti, pense quant à lui qu’il existe un vrai « risque de réactivation du mouvement social », en poursuivant qu’il « se dégage quand même cette étrange sensation que le chef de l’État est aujourd’hui dans un autre espace-temps, loin du contexte social et politique actuel. On aurait dit qu’il était candidat, alors qu’il est Président de la République depuis six ans ». « Dans les semaines à venir, il va devoir faire du cabotage politique et parlementaire pour rester à flot. »

Fidèle à lui-même, Jean Luc Mélenchon l’estime « complètement hors de la réalité » ; « les casseroles sonnent plus juste », finit-il en référence aux « casserolades » qu’il appelait de ses vœux à 20h devant les mairies. « Le monde entier doit savoir que le peuple en France ne se laisse pas voler deux ans de liberté par son monarque. » Pari gagné ! Les touristes ont de quoi s’ébaubir en flânant face au « charme français de la rébellion ». C’était peut-être cela dont parlait le Président, lorsqu’il assurait mystérieusement avoir « chaque fois cherché à libérer les énergies ».

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 1 ans

Signaler

0

J ' hésite pour ce type à le qualifier , de démon , imbécile ou incompétent total !!

Yann MORELLEC

Il y a 1 ans

Signaler

0

Quel grand projet pour la France !!

Yann MORELLEC

Il y a 1 ans

Signaler

0

Effectivement , d 'une manière ou d'une autre....

Gilles Savary

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce type est très dangereux et raconte n'importe quoi...c'est une marionnette des usa ! Il devient urgent de s'en débarrasser d'une manière ou d'une autre...

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

« remplacement systématique des professeurs absents » dans les écoles, Mais où va t'il chercher le personnel???

Martine Lepage

Il y a 1 ans

Signaler

0

Après 1'27" de ce blablabla, j'ai "decroché" tant le ton mensongé m'était insupportable et les poignées de sable envoyées dans les yeux pour tenter de m'aveugler m'étaient insupportables.

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL