Politique

Élisabeth Borne réaffirme le rôle du gouvernement

 Deux jours avant la grève générale qui devrait perturber notamment le secteur des transports, et alors que les pénuries de carburants sévissent toujours en France, Élisabeth Borne s'est exprimée dans le JT de TF1. La première ministre a fait le point sur les pénuries de carburants. Élisabeth Borne a indiqué que la situation s'était aggravée au cours du week-end, portant à « 30% » la part de stations ayant des problèmes d'approvisionnement sur au moins un carburant. 

Élisabeth Borne s'est cependant félicitée de voir certaines régions comme les Haut de France être de moins en moins touchées par ces tensions, du fait selon elle des réquisitions menées par le gouvernement dans la raffinerie de Dunkerque. La première ministre avait en effet lancé les procédures de réquisition des raffineurs de Total et Esso ExxonMobil la semaine dernière pour pallier les pénuries. Élisabeth Borne avait justifié cette décision par les accords passés entre les directions des groupes et les syndicats majoritaires, estimant qu'une minorité de grévistes ne pouvait se permettre de bloquer le pays. 

La première ministre a rappelé que la réquisition n'était pas un « outil banal », le droit de grève étant protégé par la constitution. Elle a cependant estimé que le gouvernement avait agi pour éviter toute « menace à l'ordre public » et a invité les employés à sortir de la grève, considérant cette alternative comme étant « la bonne décision ». Interrogée sur les conséquences que les grèves pourraient avoir sur les départs en vacances qui commenceront vendredi, la première ministre a affirmé que la situation dépendrait des « salariés » mais que les mesures prises par le gouvernement auguraient un « retour à la normale dans la semaine ». Élisabeth Borne a également annoncé que la réduction à la pompe de 30 centimes par litre mise en place par le gouvernement était prolongée jusqu'à mi-novembre, ainsi que celle de 20 centimes par litre instaurée par le groupe Total. 

La première ministre a affirmé que le gouvernement prenait les mesures pour bloquer l'inflation, grâce au « bouclier tarifaire ». Elle a aussi rappelé que le SMIC avait été « augmenté de 8% en un an », selon un système « unique au monde ». Au sujet d'une potentielle utilisation du 49.3 pour faire voter le budget 2023, la première ministre a affirmé que la possibilité était envisagée, mais pas pour ce lundi 17 octobre comme l'affirmait Jean-Luc Mélenchon lors de la manifestation contre la vie chère et l'inaction climatique. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL