Politique

Élections européennes : Ces étranges candidatures franco-turques sur la liste de Jean Lassalle

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Si Jean Lassalle, en occupe la tête, ses premiers colistiers semblent correspondre à l’intitulée de la liste. En deuxième position, on trouve ainsi Denise Lieboff, maire de Lieuche (Alpes-Maritimes), présidente de la Fédération nationale des communes pastorales de France et en troisième position figure Willy Schraen, élu de Bayenghem-lès-Éperlecques (Pas-de-Calais)  et surtout président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) depuis août 2016. Thierry Costes, principal lobbyiste de la FNC s’est prudemment retiré du projet.

Mais en septième et 21e positions figurent deux profils étranges, bien connus néanmoins dans les milieux de l’importante diaspora turque en Lorraine. Les deux résident en effet en Meurthe-et-Moselle et ont acquis la nationalité française, puisque la Turquie n’est jamais parvenue à adhérer à l’Union européenne, malgré son souhait et l’ouverture de discussions à ce sujet. En septième position on trouve ainsi un cadre commercial dans le BTP, Adem Ozdemir. Il semble connaître Willy Schraen de longue date par les milieux de la chasse.

Un médecin nancéen féru de culture turque

En 21e place, il s’agit de Mahmut Gündesli, arrivé à l’âge de 6 ans en France selon L’Est Républicain, il a grandi dans les  environs de Saint-Avold (Moselle) et médecin urgentiste à Nancy. Il est conseiller municipal de Tomblaine, ville de la banlieue de Nancy et très investi dans l’humanitaire en Turquie ainsi que dans les activités liées au culte musulman. En mai 2023, pour financer la reconstruction d’écoles détruites en Turquie, le docteur Gündesli organise au par des expositions de Metz « Kültür Expo », une manifestation communautaire turque. Il récidive en mai 2024. Le 20 décembre 2023, Mahmut Gündesli relayait sur Facebook la protestation de la présidente de l’Université de Lorraine contre le vote de la loi immigration par l’Assemblée nationale.

Ces profils très engagés au sein de la communauté turque de France, dont on sait les liens forts qu’elle maintient avec son …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL