Politique

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Ces derniers jours des manifestation se sont succédées en Nouvelle-Calédonie, archipel de 270 000 habitants sous souveraineté française depuis Napoléon III. D’un côté, on trouve les partisans de l’indépendance, très majoritairement des Kanaks, les habitants originels de ces îles. Il sont réuni environ 15 000 personnes dans les rues de Nouméa. De l’autre côté, les partisans du maintien des liens avec la France se trouvent principalement parmi les Caldoches, de souche européenne, et les Wallisiens venus de l’archipel voisin de Wallis-et-Futuna, réputé pour son patriotisme français à toute épreuve. Ils ont réuni de leur côté près de 17 000 personnes. Rappelons que certaines familles caldoches sont présentes depuis 150 ans sur l’île. 

Le corps électoral de l’île était gelé depuis 1998, ce qui signifie que les citoyens français majeurs arrivés après cette date ne pouvaient s’inscrire sur les listes électorales pour les référendums locaux et  les élections locales. Ce fut la règle pour les référendums de 2018,  2020 et 2021 (ce dernier boycotté par les indépendantistes). Afin de respecter le principe d’égalité des citoyens, l’État souhaite désormais fixer une obligation de dix ans de résidence pour obtenir le droit vote lors de ce type de scrutins. C’est une excellente chose, rendue possible par le choix des Néo-Calédoniens de demeurer au sein de la République française. 

Dossier sensible pour Marie Guévenoux


Outre l’immigration à Mayotte et l’insécurité en Guyane, la Nouvelle-Calédonie constitue un des gros dossier (en attendant celui, connexe, de l’avenir de la Polynésie française) que doit gérer Marie Guévenoux, depuis peu promue ministre de l’Outre-Mer au sein du gouvernement Attal. Issue de la droite libérale, proche d’Alain Madelin et d’Alain Juppé, elle a le mérite d’un long engagement politique. Si Édouard Philippe a bien géré le dossier néo-calédonien du temps où il était à Matignon (bien conseillé en cela par l’actuel préfet de la Manche, Xavier Brunetière), on …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

il est temps qu'il y ait un homme une voix,

À lire

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL