Géopolitique

[Edito] Ukraine : pour qui roule le temps ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Dans une tribune publiée le 7 janvier dans le Washington Post et intitulée : « Le temps n’est pas du côté des Ukrainiens », l’ancien secrétaire américain à la Défense Robert Gates et l’ancienne secrétaire d’État Condoleezza Rice sonnent l’alarme. « L’économie de l’Ukraine est en lambeaux. Des millions de personnes ont fui le pays. Ces infrastructures sont en train d’être détruites. La plupart de ses ressources minérales, ses capacités industrielles et quantité de terres agricoles sont sous le contrôle des Russes. Le potentiel militaire ukrainien et son économie sont maintenant presque intégralement dépendants des lignes de vie tissées avec l’ouest, principalement avec les États-Unis ». 
 
Leur constat est lucide. La situation de l’Ukraine est en effet désespérée. « Sans un autre succès militaire contre les forces russes, écrivent-ils encore, les pressions occidentales sur l’Ukraine pour négocier un cessez-le-feu grandiront à mesure que les mois s’écoulent sans progression militaire [des Ukrainiens]. Dans ces circonstances, tout cessez-le-feu négocié laisserait les forces russes en position de force pour poursuivre leur invasion dès qu’ils seront prêts. Ceci est inacceptable ». Et ils concluent par un vibrant appel à augmenter les livraisons d’armes à l’Ukraine, y compris des chars lourds via les alliés européens, invoquant l’histoire, 1914, 1941 ou encore 2001, lorsque « des agressions non provoquées » ont conduit les États-Unis à s’impliquer dans des conflits. L’Ukraine est condamnée à gagner pour éviter la guerre mondiale, argumentent-ils. 

Il en va de l’avenir de la planète. Ils invoquent aussi les conséquences du conflit sur les économies occidentales et attribuent son origine à un seul homme : Vladimir Poutine. La progression de l’OTAN à l’est, le coup d’État de Maidan, la non-application des accords de Minsk, mais aussi l’invasion de l’Irak que Mme Rice a elle-même supervisé comme membre du gouvernement Bush et qui fait figure de bouleversement majeur pour la …

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Claude ROUQUET

Il y a 1 ans

Signaler

0

Les Allemands (et donc les Américains) n'en ont jamais eu l'intention, Merckel l'a confirmé dans une intervew à Die Zeit début décembre, reprise par VA du 15 décembre. Il s'agissait seulement de gagner du temps pour préparer l'Ukraine à la guerre, d'où les succès initiaux de l'armée ukrainienne. Il n'y a pas eu d'effet de surprise.

OMERTA MEDIA

Il y a 1 ans

Signaler

0

La paix. A quel prix? Ah si les Occidentaux avaient appliqué les accords de MInsk...

Andrée Lespagnol

Il y a 1 ans

Signaler

0

Je suis entièrement d'accord

23111951 MICHON

Il y a 1 ans

Signaler

0

OK , avec cette remarque pertinente .... et les BRICS...... les USA <s'en fichent ...????

Louis Jean Sylvos

Il y a 1 ans

Signaler

1

L'encerclement de Kiev peut être vu comme une tactique qui a bien fonctionné permettant aux Russes de d'acquérir les territoires de Donetsk et Donbass.

milenko chantitch

Il y a 1 ans

Signaler

0

Les US ne s'arrêterons pas tant qu'ils n'auront pas obtenu de fortes concessions sur le futur trafic de marchandises par les nouvelles routes de la soie et surtout celle passant par les eaux territoriales russe.

Etienne Belondrade

Il y a 1 ans

Signaler

3

Très interessant edito. Peut-être manque t’il juste le rappel que les grands gagnants economiquement sont les US et la Russie, et les grands perdants hormis l’Ukraine sont les pays europeens. Dès lors on voit mal pourquoi Washington voudrait interrompre cette guerre qui n’est que benefice pour elle.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier