Société

[Edito] Noël : ce que nous dit la querelle des crèches

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Un département (la Vendée) qui utilise l’image de la crèche pour sa campagne de fin d’année, des mairies condamnées à retirer des crèches (Beaucaire, Béziers, Perpignan…), 50 sénateurs qui cosignent une proposition de loi de Stéphane Le Rudulier pour que les crèches (et des œufs de Pâques) ne relèvent plus de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État… La polémique enfle entre ceux qui tiennent à rappeler que Noël est avant tout une fête chrétienne célébrant la naissance du Christ et les défenseurs sourcilleux d’une laïcité détournée de son sens initial. 

Lorsque Jacques Chirac exposait chaque année une crèche géante sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris il y a une trentaine d’année, cela ne choquait pourtant personne. Tout simplement parce qu’une crèche n’est pas un symbole identitaire chrétien, mais une tradition européenne au même titre que le sapin ou la figure de saint Nicolas, désormais supplantée par le fameux Père Noël. 

Ce qui se joue dans cette affaire, c'est la volonté intacte d’une fraction d’intolérants de couper notre pays de ses racines et de ses traditions. La volonté de faire émerger un homme nouveau, qui est l’une des caractéristiques des totalitarismes, nécessite d’éradiquer tout référentiel chrétien et toute évocation de ce que fut la France des siècles qui nous ont précédé. Il est aberrant d’en arriver à devoir modifier une loi considérée comme équilibrée, mais la démarche des sénateurs de droite se justifie. Car il est encore plus aberrant de voir des maires condamnés pour avoir exposé ce qui n’est pas un objet de culte, mais bien la manifestation d’un art populaire ancestral. Je ne parle même pas de la médiocrité profonde qui se dégage des associations auteurs des recours. 

Le week-end dernier, de passage en Lorraine, non loin de la frontière allemande, je suis allé admirer la crèche géante d’un particulier avec un ami député de la circonscription. Les voisins se succédaient avant de déguster un vin chaud dont les bénéfices …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL