Géopolitique

[Edito] : la victoire du Maroc est celle du panarabisme

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 La Coupe du Monde de football au Qatar avait de quoi faire peur au petit État juif, au milieu d’une ère, d’une aire et d’un air panarabiste. Alors que les musulmans sont surreprésentés dans les gradins des immenses stades, en plein désert, Israël semble bien solitaire, ces derniers temps. 

La victoire du Maroc contre l’Espagne, en huitièmes de finale, a donné lieu à de nombreuses réactions. Outre les débordements insupportables dont ont fait preuve certains supporters marocains partout en Europe, le conflit israélo-palestinien s’est invité dans le débat, de façon très ambigüe. 

D’un côté, les Israéliens. Dans leur pays, on décrit des scènes de joie contagieuse, de la part des Juifs d’origine marocaine, un peu partout dans le pays. Les accords d’Abraham signés en 2020 et la normalisation des relations entre Rabat et Jérusalem ont eu pour effet d’atténuer un peu le panarabisme, qui pousse les pays de confession musulmane et de langue arabe à soutenir la cause palestinienne. Si l’immense majorité d’entre eux restent favorables à Gaza, les passions se sont légèrement refroidies. Au Maroc, où la voix du roi est celle du ciel, et où une minorité juive existe depuis des siècles, ces derniers ont rejoint l’effervescence marocaine où, dans toutes les villes du pays, des rassemblements en liesse avaient lieu. 

L’équipe du Maroc, au beau milieu du Qatar, a pourtant fait une bien étrange célébration après avoir emporté la victoire. Après un match nul, la rencontre s’est conclue sur des tirs au but à haut suspens. Après avoir porté aux nues leur gardien et leur sélectionneur, ils en ont fait de même avec la cause palestinienne. Ils hissent haut le drapeau de l’État : tout un symbole. 

La Coupe du Monde au Qatar ravive avec force ce panarabisme, alors que certains le croyaient endormi par des rivalités géopolitiques à répétition. La cause palestinienne, c’est quelque part la cause arabe. De Doha à Alger, rival historique du Maroc, les foules se sont levées pour crier de joie. Le « …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bonjour. Victoire du panarabisme... Certes, mais il ne faudrait pas, pour autant, occulter [l'insidieuse] victoire du panislamisme. Cdlt. Philippe.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier