Culture

Dissidence : Que reste-t-il d’Alexandre Soljenitsyne ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Riche idée qu’a eu la revue Livr’arbitres, dirigée avec une rare abnégation par Patrick Wagner de réaliser un dossier sur l’écrivain russe Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) à l’occasion du trentième anniversaire de sa venue en Vendée à l’invitation de Philippe de Villiers. Il s’agissait de commémorer aux Luc-sur-Boulogne, le bicentenaire du génocide vendéen. Alors encore exilé aux États-Unis, celui qui a révélé au monde entier l’ampleur du système concentrationnaire soviétique est venu se recueillir sur le lieu où périrent 564 villageois exterminé par les colonnes infernales du général républicain Tureau. 

Pour Soljenitsyne, il existe un parallèle entre la résistance paysanne à la Révolution française et celle qui exista en Russie face à la Révolution bolchévique. Mais Soljenitsyne, « c’est avant tout une langue » nous prévient Jean-Louis Bachelet. « Le fait est que la manière de Soljenitsyne est tellement singulière que beaucoup en Russie ne savent plus le lire », poursuit-il. Cette langue, c’est Une journée d’Ivan Denissovitch qui l’a révélé au grand public en 1962 et qui constitue l’amorce d’une œuvre qui lui vaudra l’obtention du Prix Nobel de littérature en 1970. 

Critique de l'Occident


Le 11 avril 1975, les Français découvraient l’écrivain sur le plateau de l’émission Apostrophes de Bernard Pivot. Soljenitsyne s’y heurte à la cécité de Jean Daniel, bonne conscience de la gauche française incapable de comprendre ce qui est en train de se passer au même moment au Cambodge. Suite à l’émission, les ventes du livre L’Archipel du Goulag, publié en 1973 par Soljenitsyne avant son expulsion d’URSS l’année suivante, exploseront en France. 

En 1978, Soljenitsyne allait prononcer à l’université américaine d’Harvard un discours fustigeant le modèle occidental fondé sur le progrès et la croissance illimitée. Il a intitulé son texte Le déclin du courage. Enfermé dans un « juridisme » excessif, l’Occident aurait, aux yeux du romancier, renoncé lui aussi à la liberté. Il va …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL