Politique

Détournement de compassion publique

En 2021, Marlène Schiappa, qui était ministre déléguée à la Citoyenneté, avait lancé le « fonds Marianne pour la République », fort à terme de 2,5 millions d’euros d’investissement public. Ce fonds a été lancé dans le but de lutter contre le cyber-djihadisme et la radicalisation en ligne. Noble objectif, pour un échec tout aussi objectif. 

Une enquête de de France 2 et… Marianne (ça ne s’invente pas) dévoile certains points troublants : la gestion opaque de cet argent, avec une liste de bénéficiaires tenue secrète. L’enquête révèle que l'Union des sociétés d'éducation physique et de préparation militaire (USEPPM) serait le principal bénéficiaire du fonds et que l’argent aurait été utilisé pour la création d’un site internet et des publications sur les réseaux sociaux, à l’efficacité redoutable.

L’association aurait reçu pas moins de 355 000 euros pour la production de 13 vidéos sur leur chaîne YouTube, dont la majorité ne dépassent pas les 50 vues. Des chiffres auxquels est habituée Marlène Schiappa, certes. Le compte Instagram, quant à lui, cumule 138 abonnés… « avec 2,5 millions d’€ on peut faire beaucoup de choses pour défendre les valeurs de la République », avait prévenu la secrétaire d’État. Sa Une du magazine Playboy devrait obtenir de meilleurs scores ; y commémorera-t-elle les martyrs de la République ?

« Aucune rétribution », à cent-vingt mille près.

L’enquête ne s’arrête pas là, puisque l’USEPPM aurait surtout utilisé l’argent du fonds pour salarier deux de ses dirigeants, à hauteur de 120 000 €. Un acte qui « entrerait en contradiction avec les statuts de cette association » car « les membres de l’Union ne peuvent recevoir aucune contribution ». 

 « Aujourd’hui symbole des valeurs républicaines et de la nécessaire lutte contre l’islamisme radical et la désinformation, le nom de Samuel Paty ne peut en aucun cas et en aucune manière être l’instrument de tels agissements ». L’avocate d’une partie de la famille Paty, Virginie Le Roy, n’a pas mâché ses mots dans le courrier adressé à l’actuelle secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la Vie associative, ainsi qu’à Sonia Backès, secrétaire d'État chargée de la Citoyenneté. 

Cette dernière a alors indiqué avoir saisi l’inspection générale de l’administration pour un audit sur la question. Le parquet de Paris a indiqué qu’un signalement au titre de l’article 40 du code de procédure pénale était à l’analyse. En pleine mobilisation contre la réforme des retraites, de telles dépenses publiques ne risquent pas de soigner la confiance populaire au gouvernement.

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Philippe Perret

Il y a 1 ans

Signaler

0

J'ai commandé votre magazine le 9 mars. Le 23 ne l'ayant toujours pas reçu je vous envoyais un message. Vous m'avez répondu que le magazine avait bel et bien été envoyé et vous m'avez alors demandé de patienté encore quelques jours. Vous avez terminé votre message en me demandant de vous recontacter si le magazine n'était toujours pas arrivé. ce que j'ai fait le 1er avril. Aujourd'hui toujours pas de magazine dans ma boîte aux lettres et aucune réponse à mon message. Tout simplement pas sérieux pour ne pas dire malhonnêtenvoyé et vous m'avez demandé de patienter encore quelques jours. Vous terminiez en me demandant de vous recontacter si le magazine n'était toujours pas arrivé.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL