Enquêtes

Dernière Rénovation : l’argent qui irrigue les éco-activistes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

« Je m’appelle Aruanu, j’ai 26 ans, et ce matin, je ne me suis pas levé comme tous les autres matins : j’ai choisi de résister ». Aruanu se filme dans un jardin, il a les larmes aux yeux. Le jeune homme s’apprête à entrer en « résistance civile » en aspergeant de peinture orange une statue de Charles Ray exposée devant la Bourse de Commerce de Paris. Les vidéos ont été postées le 18 novembre sur le compte Instagram de Dernière Rénovation, une « campagne de résistance civile française qui vise à remporter une première victoire sur le plan climatique et social en obtenant rapidement un plan de rénovation thermique des bâtiments à la hauteur de l’urgence ». 
Ce mouvement, fondé en avril 2022, multiplie depuis les blocages d'autoroutes et de périphériques et les actions coup de poing symboliques (dégradations d’œuvres d'art, mise en berne du drapeau français au sommet du Panthéon...). Ces mobilisations sont mises en place pour exiger du gouvernement qu’il respecte son « premier engagement issu de la Conférence Citoyenne pour le Climat », à savoir la rénovation thermique du parc immobilier français d'ici 2040. 
Le mouvement se revendique comme étant « apolitique » bien qu'il entende mettre en parallèle les questions d'« écologie » et de « justice sociale » qui sont intriquées selon lui. La campagne Dernière Rénovation bénéficie toutefois du soutien de la Nupes, comme l'explique la porte-parole Sasha lors d'une session questions/réponses en visioconférence. Le groupe fournit ainsi des informations en provenance du Parlement au mouvement. 
 
Un recrutement agressif 
Pour recruter des bénévoles, le groupe organise des réunions publiques d’accueil. À l’Académie du Climat, l'antenne parisienne de Dernière Rénovation nous invite à assister à la conférence « nos responsabilités à ce moment de l’histoire » chaque mercredi soir. Lors de la réunion du 23 novembre, une assemblée d’une quarantaine de personnes écoute attentivement le présentateur Thibault qui tente de démontrer pendant …

La rédaction

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

De purs produits de leur époque, en somme.

Véronique SAVEY

Il y a 1 ans

Signaler

0

Conclusion: ils se font entretenir par leur association et l'unique préoccupation est de devenir célèbre sur les médias. Pauvres jeunes...

christine garcia

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce merveilleux article doit absolument pouvoir être partagé

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL