Politique

Crise sociale : vers une rentrée explosive ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Un 1er septembre marqué par un tournant social.
C’est aujourd’hui qu’a été promulguée une partie de la réforme des retraites, passée en force en mars dernier par l’exécutif, à coups de 49,3. Parmi les mesures phares qui entrent en vigueur, on retrouve le décalage progressif de l’âge légal de départ à la retraite. Celui-ci passera de 62 à 64 ans d’ici 2030. Cette loi avait été très largement contestée par les Français. Ces derniers mois, ils ont été nombreux à descendre dans la rue afin de faire part de leur mécontentement. Des cortèges souvent émaillés de tension, obligeant l’intervention des forces de l’ordre.

L’inflation perdure


Cette réforme des retraites est apparue dans un contexte social très compliqué. Le coût de la vie a augmenté, tandis que les prix de l’énergie ont flambé. Un cocktail explosif, créant un climat électrique entre la population et ses gouvernants.
Les vacances d’été sont maintenant terminées et la grogne sociale revient au galop. L’intersyndicale a d’ores et déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation le 13 octobre prochain. Les syndicats réclament notamment une revalorisation des salaires, alors que dans le même temps l’inflation continue de grimper. Au mois d’août, celle-ci atteignait officiellement 4,8 % sur un an, contre 4,3 % en juillet.
 
Dans le même temps, le prix des carburants a connu une nouvelle flambée. Entre le 7 juillet et le 18 août, le prix du gazole a pris 17 centimes à la pompe, tandis que le sans-plomb 95 a augmenté de 12 centimes. Quant au sans-plomb 98, il a connu une hausse de 11 centimes. 
Les Français font donc face à une nouvelle hausse du coût de la vie. La question des salaires devrait de ce fait être au cœur de cette fronde sociale de rentrée. Une thématique sur laquelle semble vouloir se pencher l’exécutif. Le président de la République, Emmanuel Macron, s’est dit prêt à organiser « une conférence sociale sur les salaires et les carrières ».
Des propos qui réjouissent la gauche. Celle-ci réclamait la tenue d’un …

Rémy Savarit

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL