Politique

Corrida : prendre le taureau par les cornes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet de la corrida n’est pas vraiment traité avec bonne foi. Il divise tous les courants politiques sans exception, et l’on peine parfois à s’y retrouver. Et pour cause : le texte est présenté par le très controversé Aymeric Caron. 
 

Un combat moral… 

C’est un texte « essentiel sur notre rapport au vivant », explique Aymeric Caron, député antispéciste de la Nupes. À 50 ans, le nouvel élu du XVIIIe arrondissement de Paris peut enfin agir concrètement sur le combat de sa vie : la défense des animaux. Comment ? En demandant l’abolition de la corrida, spectacle présent dans une cinquantaine de villes du sud de la France et qui occasionne la mort d’un millier de taureaux par an. 

Son premier pari est réussi : installer le débat. Selon l’Ifop, 74% des Français, comme lui, souhaiteraient que cette pratique prenne fin. La raison majeure invoquée est la suivante : la corrida est un spectacle certes ancien, mais barbare, qui fait souffrir l’animal et se réjouir de ce massacre des milliers de Français. D’ailleurs, l’ancien chroniqueur d’ « On n’est pas couché » ne s’oppose pas aux courses de taureaux. Ce qu’il veut, c’est la fin de la souffrance animale. 

Mais la corrida, c’est plus qu’un simple spectacle selon ses défenseurs. Combat esthétique de la force animale contre le génie humain, la corrida est pour eux une lutte inégale, mais belle parce qu’elle montre la supériorité de l’homme sur l’animal. Ses défenseurs se retrouvent beaucoup dans le Sud-Ouest, mais aussi chez les conservateurs en général, qui défendent la « tradition » qu’elle représente. À ce sujet, le philosophe Michel Onfray répond à nos confrères du Figaro qu’il « ne suffit pas que la corrida soit une tradition pour la rendre honorable ». À OMERTA, il ajoute : « j’argumenterai toujours contre, mais j’ai un problème avec [son] interdiction ». 

 

…alimenté par la mauvaise foi… 

La tradition, c’est étonnamment l’un des arguments déployés par Aymeric Caron, qui s’en sert pour …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean-Charles Clerget-Gurnaud

Il y a 1 ans

Signaler

0

Pas vue de corrida ?

Jean-Charles Clerget-Gurnaud

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ceux qui s'opposent à la corrida ne savent même pas de quoi ils parlent ! Combien de ces opposants ont assisté à une corrida ?

Michel Sabatier

Il y a 1 ans

Signaler

0

On ne peut etre que contre cette boucherie a ciel ouvert quest sois disant cette "fete" voir un animal a qui on cisaille dabord les cordes vocales pour ne pas l'entendre gémir sa souffrance..se faire enfoncer des lances dans le dos par des types a cheval...et pour finir une agonie par un coup d'epee toujours a coté..non vraiment c'est un sport de vieux degenenés.

À lire

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL