Politique

« Consternant » ou tournant politique ? Macron réunit les chefs de partis

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est l’évènement majeur de cette rentrée politique. Emmanuel Macron a réuni, dans la nuit du 29 au 30 août, les chefs de file des partis représentés au Parlement à la prestigieuse maison d’Éducation de la Légion d’honneur, à Saint-Denis. Un échange qui aura duré plus de 12 heures. Pour faire de cette entrevue un véritable conclave, les téléphones portables étaient interdits, des brouilleurs ont été installés et les collaborateurs n’avaient pas accès au « salon des princes », pièce de l’ancienne abbaye royale dans laquelle se tenait la réunion.
 
 
Malgré l’arrogance que certains lui reprochent, Emmanuel Macron a fait preuve d’une pointe d’humilité qui n’est pas à négliger. Bien que certains grands pontes de la politique comme Gérard Larcher et Edouard Philippe aient l’habitude de ce genre de réunions « au sommet », c’était une première pour la majorité des invités. En discutant avec les chefs de partis et non avec de potentiels concurrents et candidats à l’élection suprême, le Président a fait le choix de crédibiliser des responsables politiques qui ont eu, le temps d’une soirée, la possibilité d’avoir accès à des documents ultraconfidentiels.
 
Réunir tout ce beau monde n’était pourtant pas gagné d’avance. Dans un premier temps, les représentants de la NUPES, Manuel Bompard (LFI), Olivier Faure (PS), Fabien Roussel (PCF) et Marine Tondelier (EELV) ont menacé de décliner l’invitation pour « ne pas participer de nouveau à une mise en scène médiatique ».

Grandes gueules de la politique et dialogue de sourds


On sait que Gabriel Attal, récemment débarqué rue de Grenelle, redoutait d’ailleurs une sortie fracassante qui aurait fait mauvaise presse. Il aurait proposé de prévoir une riposte médiatique, comme le révèlent nos confrères du Monde.
 
De son côté, Jordan Bardella, le jeune président du Rassemblement national, a rapidement accepté de participer aux échanges, mais avait prévenu, dans une interview donnée au Point : « Nous ne serons pas la béquille d’un président à la …

Wandrille de Guerpel

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 9 mois

Signaler

0

blablabla, finalement nos politichiens continuent , les petits fours devaient être succulents

Alexandre Scherer

Il y a 9 mois

Signaler

0

Pourquoi une réunion à huis clos? Quelle est la nature des documents secrets partagés avec les participants? S’agit il d’une démarche liminaire pour commencer à préparer l’opinion publique à un changement majeur, tel l’entrée en guerre de la France ?

À lire

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Europe, si loin si proche

Notre directeur de la rédaction, Régis Le Sommier remet en perspective le scrutin de dimanche et livre ses impressions sur une élection qui se déroule sur fond de conflit en Ukraine et de fracturation des populations vivant sur le sol français.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL