Géopolitique

Comment la Chine s’impose comme puissance médiatrice entre la Russie et l’Occident

 Le géant chinois est-il en train de sortir de sa réserve ? Après une séquence diplomatique tout en dialogue lors de la réunion des membres du G20 à Bali, les 15 et 16 novembre, Xi Jinping veut s’imposer comme interlocuteur privilégié de l’Occident. Depuis le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie, le régime de Pékin joue une partition qui « pourrait se résumer par une forme de ni-ni : ni approbation ni condamnation », observe Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), contacté par nos confrères du Figaro. Un positionnement officiel qui n’a pas empêché la Chine d’intervenir discrètement à certaines occasions.
 
Le journaliste anglo-russe Owen Matthews a publié le 10 novembre 2022 un livre intitulé Overreach: The Inside Story of Putin’s War Against Ukraine[1], dans lequel il dévoile une phase active de la collaboration des services américains et chinois, dans l’affaire des avions MiG-29. En mars dernier, dans les débuts du conflit en Ukraine, la Chine aurait empêché le transfert d'avions de combat MiG-29 polonais vers l'Ukraine par le biais de tractations discrètes avec Washington. Les avions, datant de l’ère soviétique, devaient être entreposés sur une base aérienne américaine afin d’être utilisés par les Ukrainiens. La discrète intervention de Pékin a fait prendre conscience aux Américains que ce transfert constituait une intervention directe d’un pays de l’OTAN dans le conflit, considéré alors comme une ligne rouge.  « En réalité, il était peu probable que les MiG polonais fassent une grande différence sur le champ de bataille », admet Owen Matthews dans les colonnes du magazine britannique The Spectator. Qu’importe que ces vieux appareils aient des capacités restreintes. C’est « le fait qu'un pays de l'OTAN fournisse des avions de combat de quelque type que ce soit à Kiev représentait une étape symbolique importante […] vers une implication directe de l'OTAN dans le conflit. » On retiendra surtout que Pékin a fait plier Washington, évitant probablement que le conflit ne s’exporte. 
 
 
La médiation chinoise encouragée par la France 
 
Lors de la réunion du G20, Emmanuel Macron et Xi Jinping ont échangé leurs consentements pour un étonnant mariage de circonstance. Devant un parterre de journalistes venus du monde entier, le chef de l’État français a reconnu « un espace de convergence » avec la Chine. La Chine « peut jouer à nos côtés un rôle de médiation plus important dans les prochains mois », a-t-il indiqué. Et le dirigeant chinois de répondre :  « la Chine et la France, la Chine et l'Europe, doivent faire en sorte que leur relation se développe sur les bons rails à long terme afin d'injecter de la stabilité et une énergie positive dans le monde », relaye 20 Minutes. Notons que l’Union Européenne représente un marché incontournable pour la Chine, qui y investit massivement depuis des dizaines d’années. La guerre en Ukraine constitue une perturbation grave des circuits économiques et diplomatiques. Selon le sinologue Emmanuel Lincot, interrogé par Le Figaro, « cette crise en Ukraine révèle des tensions de toujours qui opposent deux grandes obédiences : ceux enclins à une coopération avec les Occidentaux et ceux enclins à une coopération avec la Russie ». Pour autant, le sentiment nationaliste de Xi Jinping pourrait l’empêcher de passer le pas d’une coopération complète avec l’Occident[2], au profit d’un jeu subtil de médiation avec ce dernier, visant in fine à battre son grand adversaire, les États-Unis. 
 
Un pas vers l’hégémonie chinoise ? 
 
Ni la France, ni l’Europe ne sauraient être dupe de la volonté hégémonique de la puissance chinoise. Dans un article paru dans la revue géopolitique Conflits, deux enseignants-chercheurs de l’ICES, Matthieu Grandpierron et Éric Pomès, identifient « l’ascension pacifique » menée par la Chine, en cette période charnière de contestation de l’ordre international. L’objectif, documenté et daté pour 2049, est de devenir la première puissance mondiale. « Les États-Unis, expliquent les auteurs, se voient reprocher de faire partie intégrante des problèmes mondiaux en déstabilisant des régions entières ». Difficile alors d’imaginer confier la résolution d’un conflit majeur par une entité si contestée. L’article détaille les cinq éléments plaidés par la Chine, pour un ordre international étatique pluraliste : « Le respect mutuel de l’intégrité territoriale et de la souveraineté ; la non-agression mutuelle ; la non-ingérence dans les affaires intérieures ; l’égalité et les avantages mutuels ; et la coexistence pacifique. » Un retour à l’ordre westphalien ? 


[1] Overreach : L'histoire secrète de la guerre de Poutine contre l'Ukraine
[2] https://www.lefigaro.fr/international/guerre-en-ukraine-la-chine-pourrait-elle-jouer-un-role-de-mediation-20221121

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier