Société

Colonel Arnaud Beltrame : un homme à son poste

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Avant leur large diffusion le 27, les timbres à l’effigie du colonel de gendarmerie seront en prévente le 23 mars, un sombre anniversaire que seul vient éclairer un sacrifice héroïque, celui d’un homme qui s’est substitué au dernier otage d’un terroriste islamiste, jusqu’à y laisser la vie. OMERTA revient sur les faits et la mémoire d’un homme tombé au champ d’honneur.
 
 
Un œil sur l’abîme
 
Le drame avait eu lieu dans le département de l’Aude, à Carcassonne puis Trèbes, ville avoisinante. Un homme de 25 ans vole une voiture après avoir tiré sur deux hommes qu’il pensait homosexuels, dont l’un meurt sur le coup. Il patiente près d’une caserne dans le but de s’en prendre aux militaires, mais tire finalement sur un groupe de CRS, ne faisant heureusement qu’un blessé grave, encore en vie aujourd’hui. Il roule alors jusqu’au supermarché, abat deux personnes sur le champ alors que fuient ceux qui le peuvent : tous sauf une femme, Julie, gardée en otage.
 
La caissière du magasin réussira à dialoguer avec lui malgré sa détresse, et dans un appel à la gendarmerie qu’il lui donne l’ordre de passer, les démons d’un pays meurtri par le Bataclan resurgissent : il affirme son allégeance à l’État Islamique, et exige la libération de Salah Abdeslam. 
 
La gendarmerie arrivée sur les lieux, le lieutenant-colonel Beltrame qui est à leur tête propose rapidement un échange : se constituer en otage, en lieu et place de Julie, désormais sauve. Après des pourparlers infructueux au téléphone, le lieutenant-colonel sort soudain du silence et crie à l’assaut pour le groupe d’intervention ; les balles ne lui seront pas fatales. Mais il est égorgé.
 

Le tueur est abattu quelques minutes plus tard par le GIGN, ayant seulement eu le temps de crier « Allahu akbar ». Il laisse derrière lui seize blessé et trois morts ; bientôt quatre. Le lieutenant-colonel succombe dans la nuit à ses blessures.
 
Deux hommes sont morts, et deux esprits demeurent
 
Le pays entier pleure ses morts, et en particulier celui …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Georges TIELIE

Il y a 1 ans

Signaler

0

l'article indique la vente du timbre à partir du 23 mars

Ju Grun

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bonjour, Merci pour cet article. Vous écrivez « père et mari » êtes vous certain qu’il était père ?... Le timbre à son effigie n’est toujours pas en vente sur le site de la Poste ! Jul.

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL