Société

CGT : traversée du désert

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Chute du nombre d’adhérents, conflits de succession, finances douteuses… le syndicat en prend pour son grade, et en particulier son secrétaire général actuel, Philippe Martinez, qui laissera en mars 2023 un très lourd héritage à son successeur. Pour le moment, la réforme des retraites sera sa dernière bataille, mais les chances de mobiliser les masses populaires semblent au plus bas.
 
 
Le drapeau rouge en berne
 
C’est d’abord par manque d’adhérents que le syndicat voit son influence diminuer petit à petit : de plus de deux millions dans les années soixante-dix, il en compterait aujourd’hui encore moins que les 650 000 avancés en 2019. Une chute difficile à assumer, d’autant que la dégringolade implique un fait très symbolique : la CGT n’est plus le principal syndicat en France, détrôné en 2017 par la CFDT. Pire encore, certains secteurs emblématiques comme la métallurgie sont perdus pour de bon, comme Renault. La CGT n’est plus que la troisième force syndicale dans l’ancien fief de Philippe Martinez. 
 
En cause notamment : un monde professionnel qui change. « La CGT, fille aînée du Parti communiste, ne s’est jamais remise de l’effondrement du bloc soviétique et la désindustrialisation du pays l’a percutée de plein fouet », décrypte l’ancien responsable de la CGT Jean-Dominique Simonpoli.
Autre cause importante : le travail sous-traité disperse les bases militantes et fragilise le poids des sections. Une perte d’influence que le syndicat supporte mal, et que son actuel secrétaire général n’a pas réussi à combler.
 
 
La chaise vide et le bâton
 
Car pour se maintenir comme une puissance à prendre en compte, Philippe Martinez mène une rude politique. L’ancien secrétaire de la fédération Métallurgie a viré de bord, de la diplomatie à l’opposition systématique, ce que déplore Antoine Foucher, ancien directeur de cabinet de Muriel Pénicaud au ministère du Travail. Il refusera même d’assister à un important cycle de discussion entre syndicats et patronat. Fini le « syndicalisme …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL