Économie

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En se saisissant, à l’initiative du groupe des élus communistes, du CETA (le traité de libre-échange entre l’Union européenne signé en octobre 2016), puis en le rejetant le 21 mars, le Sénat français a provoqué le mécontentement du gouvernement et celui du Président de la République. Le CETA s’applique à titre provisoire depuis 2017.

Sur le plan des productions agricoles, cet accord apparaissait comme positif pour des filières comme celles du fromages ou du vin. Les sénateurs français ont en fait entendu répondre au risque, soulevé par les syndicats agricoles (FNSEA, Coordination rurale et Confédération paysanne), d’importation massive de viande bovine canadienne en France. Un risque réel : le CETA, prévoit que le Canada puisse exporter annuellement 65 000 tonnes de viandes sans droits de douanes vers l’UE alors que les normes pesant sur ces carcasses sont de loin inférieures à celles existantes de notre côté de l’Atlantique. Néanmoins, ces quotas ne sont pour l’instant pas mobilisés, loin de là, par les éleveurs canadiens. 

La filière bovine rassurée


L’Assemblée nationale avait adopté ce texte en première lecture en 2019 avant la perte de la majorité absolue par le camp présidentiel. Il ne sera donc probablement pas adopté en seconde lecture au Palais Bourbon. A terme, ce vote de rejet du Sénat français fait donc peser une réelle menace sur la survie du CETA au niveau européen puisqu’il doit être ratifié par l’ensemble des États-membres de l’Union européenne. Une situation qui inquiète, comme on l’a vu, les filières exportatrices françaises que sont les viticulteurs et les industriels du lait mais qui rassure la filière bovine. 

Les communistes souhaitent désormais utiliser leur niche parlementaire du 30 mai à l’Assemblée nationale pour relancer la navette entre les deux chambres du parlement alors que le gouvernement répugnait logiquement à le faire. Ces niches parlementaires, introduites par la réforme constitutionnelle de 2008, constituent pour les groupes …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Pierre Gamond

Il y a 1 mois

Signaler

0

Ce qui est inquiétant c'est que les francais sont sourds et MUETS

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

ce qui est choquant c'est que ce traité a été appliqué par l'UE sans qu'il est été approuvé par les parlements des pays d'europe

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL